RISQUES D’INFECTIONS DANS LES HOPITAUX ET CENTRES DE SOINS Les malades exposés sous vide juridique

lavage_mainsLes infections liées aux soins touchent quelques 1,5 millions de patients  par an et sont à l’origine de beaucoup de décès dans le monde. Mais ce qui est contradictoire, c’est le fait que  les malades se prennent en charge en Afrique alors que la responsabilité incombe aux structures de soins. Une véritable problématique qui a été soulevée à Dakar, hier, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des lavages des mains.

A coté des erreurs médicales qui ne sont pas livrées au public, les infections liées aux soins médicaux contactées par les malades ou leurs accompagnants sont tout aussi passées sous silence alors que l’imputabilité relève des centres de soins et hôpitaux. En célébrant hier à l’hôpital le Dantec la journée mondiale des lavages des mains, cette question sensible a été soulevée au cours des débats lors de la  rencontre qui a réuni directeurs d’hôpitaux, partenaires de développements et autorités sanitaires.
En effet, si la prévalence des infections liées aux soins touche 5 à 10 % des malades dans les pays développés, le pourcentage est plus dramatique dans les pays en voie de développement dont la tendance passe à plus de 25 fois. Ce qui signifie, selon les professionnels de santé, que les infections liées aux soins constituent un véritable fardeau dans nos pays. Pourtant le geste simple de lavage des mains par le savon permet de réduire drastiquement ce mal. Cependant, sous nos cieux, il n’existe pas encore de chiffres officiels pour cerner le mal. Mais rien que les  quelques données tirées de l’hôpital Aristide Le Dantec au service de réanimation suffisent largement pour mesurer l’ampleur du problème et l’urgence  de prendre des mesures idoines.
Le constat reste tout de même que  les malades hospitalisés et victimes des infections sont par ailleurs obligés de prolonger leurs séjours et payer plus. C’est pour cela qu’à l’issue de la rencontre, Mody Bousso président de l’association des droits des malades au Sénégal, a vivement dénoncé le fait que les malades paient les dépenses liées aux infections contactées dans les structures  sanitaires. De quoi permettre à  ce défenseur des droits de l’homme d’interpeller les hôpitaux  pour leur souscription  à une assurance obligatoire pour prendre en charge le malade touché par ces infections intramuros.
Dans cette lancée, il préconise même une loi pour la protection des droits des malades et par delà doter les malades d’une couverture juridique actuellement inexistante dans notre  pays. Et Mody Bousso  d’ajouter que « nous n’avons que la charte du malade au Sénégal et elle est méconnue  des populations et de certaines personnes médicales. » D’où la nécessité d’une meilleure vulgarisation de cette charge en attendant que le Sénégal légifère contre les erreurs médicales et les infections liées aux soins. Dans le débat déontologique, la question d’informer le malade par le médecin traitant est apparu pour certains comme un devoir de conscience professionnelle alors que d’autres se réfugient dans la couverture  du secret professionnel.
Mais pour le défenseur des malades, il faut s’inspirer de l’exemple de la France où la sécurisation des patients a été réglée par l’ancien ministre Bernard Kouchner qui avait soulevé ce débat en 2002. Au bout du compte une loi a été votée et la mise en place d’un fond de solidarité nationale pour le patient en cas d’infection nosocomiale. Alors pour le cas d’une faute médicale identifiée, toujours dans ce pays, la loi a exige à l’assureur de payer dés lors que  l’hôpital est souscrit à une assurance.
Le Dr Thiam, responsable du Programme national de lutte contre les maladies nosocomiales (PRONALIN), soutient pour sa part que la solution, c’est d’insister sur le lavage des mains et d’améliorer l’hygiène dans les structures de soins. Le responsable du Pronalin a également profité de cette occasion pour lancer un cri du cœur sur son service qui ne dispose que d’un seul véhicule depuis plus de 10 ans pour faire les 14 régions du Sénégal sur cette question.
Quant au ministre de la Santé et de l’action sociale qui a présidé l’ouverture de la rencontre, elle a mis l’accent sur la région africaine où l’insuffisance des données ne permet pas de connaitre l’ampleur des problèmes liés aux soins. La  représentante de l’Oms a salué pour sa part les progrès du Sénégal dans la lutte  contre les infections liées aux soins.

Cheikh Tidiane MBENGUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*