Rwanda: un sommet des chefs d'Etat de l'Union africaine sans le Burundi

NKURUNZIZALe 27e sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine s’ouvre à Kigali au Rwanda, ce dimanche 17 juillet. Pour la première fois, la cérémonie d’ouverture sera précédée d’un huis clos. De 9h à 12h30, les chefs d’Etat se réuniront pour évoquer des sujets qui divisent, comme la succession de la présidente de la Commission de l’Union africaine (UA) Dlamini-Zuma ou l’éventuelle réintégration du Maroc dans l’organisation. Arriveront ensuite d’autres sujets majeurs comme la situation au Soudan du Sud ou au Burundi. Le Burundi qui a justement décidé de quitter le sommet de l’UA.

La raison de ce départ précipité, c’est la présence éventuelle à la frontière entre le Rwanda et le Burundi de groupes armés hostiles au président burundais Pierre Nkurunziza, et qui seraient armés par le régime rwandais de Paul Kagame. C’est du moins l’accusation lancée par le Burundi. Une accusation qui ne date pas d’hier puisqu’elle remonte à 14 mois, avec le putsch manqué contre le président burundais en mai 2015. Ce que dément fermement le Rwanda.

Quoi qu’il en soit, le Burundi a déclaré avoir porté plainte devant l’Union africaine. En l’absence d’avancée, le Burundi a décidé de quitter ce 27e sommet avant le sommet des chefs d’Etat qui s’ouvre ce dimanche matin à Kigali. Le siège sera donc vide à la place du Burundi ce dimanche.

Le Soudan du Sud dans toutes les têtes

Lors de ce sommet, il sera question en premier lieu de la situation au Soudan du Sud, avec la flambée de violences dans la capitale Juba le week-end du 9 au 10 juillet et la crainte d’un nouveau conflit à grande échelle dans ce pays qui fête ses cinq ans d’existence.

Une réunion s’est d’ailleurs tenue ce samedi 16 juillet au soir dans un grand hôtel de Kigali, en présence de tous les chefs d’Etat et de gouvernement d’Afrique de l’Est et de la Corne de l’Afrique, à l’exception du président sud-soudanais Salva Kiir et de son vice-président Riek Machar, les deux protagonistes de la guerre civile, qui sont tous deux restés à Juba pour des raisons évidentes de sécurité.

RFI

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*