S-300: des médias expliquent pourquoi Israël n’aurait plus frappé la Syrie

Israël n’a mené aucune opération militaire autonome sur le territoire syrien après le 17 septembre, le jour où les systèmes syriens de défense antiaérienne avaient frappé par erreur un avion militaire russe Il-20, relate Contra Magazine.

Suite à la livraison par la Russie de systèmes de missiles antiaériens S-300 à la Syrie, Israël s’est abstenu d’attaquer le territoire syrien depuis l’air, selon Contra Magazine. 

Tel Aviv avait auparavant assuré que la présence des S-300 n’affecterait pas sa capacité à attaquer la Syrie en cas de nécessité. Cependant, depuis au moins un mois après la livraison, aucune frappe israélienne contre la Syrie n’a été couverte par les médias, poursuit le magazine.

Le 29 octobre, Israël a toutefois déclaré qu’il aurait attaqué la Syrie après le 17 septembre et aurait même réglé cette question avec la Russie. Ces assertions, souligne le magazine, visent à mettre en avant sa détermination à attaquer à son aise la Syrie, d’autant plus que le manque de frappes de sa part donnent lieu à des doutes à cet égard.

La supposition qu’Israël continue à effectuer des frappes sans que les médias ne les couvrent est pratiquement exclue, conclut le magazine.

La livraison des S-300 à la Syrie est intervenue après la destruction d’un Il-20 russe par la défense antiaérienne syrienne lors d’un raid de l’aviation israélienne. Moscou a accusé les forces aériennes de l’État hébreu d’avoir provoqué le tir ayant touché l’appareil russe.

fr.sputniknews.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*