São Tomé et Principe: un scrutin présidentiel sur fond de crise économique

pinto_da_costaPrès de 111 000 électeurs de Sao Tomé et Principe sont appelés aux urnes ce dimanche 17 juillet pour le premier tour de l’élection présidentielle. Depuis 1991, c’est la sixième élection que connait ce pays, l’un des plus petits d’Afrique. Cinq candidats dont le président sortant Manuel Pinto da Costa s’affrontent dans ce scrutin, sur fond de surendettement et de misère.

C’est un duel qui se dessine : d’un côté le président sortant Manuel Pinto da Costa brigue un second mandat après cinq ans à la tête de l’Archipel. A 79 ans, Pinto da Costa incarne une survivance de la guerre froide puisque c’est lui qui a arrimé le pays au bloc soviétique quand il le dirigeait de 1975 à 1990. Depuis, il est revenu au pouvoir en 2011 et fait aujourd’hui office de favori à sa réélection.

Face à lui, le candidat du principal parti d’opposition Action démocratique indépendante, Evaristo Carvalho, a le soutien du Premier ministre Patrice Trovoada. L’ADI a remporté les élections législatives en 2014. Dans ce duel annoncé, l’économiste Maria das Neves tente de jouer les trouble-fêtes.

Nombreux votes depuis Libreville et Lisbonne

De nombreux Santoméens voteront depuis Libreville ou Lisbonne, contraints à l’émigration en raison de la pauvreté qui touche les deux tiers de la population. Le pays est surendetté et dépend à plus de 80% de l’aide extérieure. Cet Etat insulaire ne manque pourtant pas d’atouts, avec notamment la découverte de gisements de pétrole offshore. Les premiers forages sont prévus dans deux ans.

Comme au Portugal, ancienne puissance coloniale, le président de São Tomé et Principe arbitre mais ne gouverne pas, laissant ainsi plus de pouvoir au Premier ministre.

http://www.rfi.fr/afrique

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*