Sarkozy soigne son image pendant que Macron s’enlise dans l’affaire Benalla

Invité de l’émission « Les Essentiels » sur RTL, Nicolas Sarkozy a montré son goût pour la littérature et la musique.

Par Le Point.fr

Alors que la sphère politique française est dans une crise sans précédent depuis l’élection d’Emmanuel Macron, avec l’affaire Benalla, Nicolas Sarkozy a parlé culture sur RTL. Le journaliste Stéphane Boudsocq a reçu, samedi 21 juillet, l’ancien président de la République dans son émission, Les Essentiels. Ensemble, ils ont parlé littérature, musique ou encore cinéma. Parmi toutes les musiques que Nicolas Sarkozy connaît et aime, il a dû en choisir une seule.

Le clin d’œil à Carla Bruni

Son choix s’est porté sur Le Garçon triste, interprété par Isabelle Boulay et composé par une certaine Carla Bruni. « Un jour, quand je suis rentré à la maison, Carla m’a montré une chanson qu’elle avait écrite un peu pour moi. J’étais très ému parce que je la trouve magnifique […] Elle n’a jamais enregistré cette chanson, mais elle l’a chantée à plusieurs reprises lors de concerts et il y a chaque fois un silence incroyable dans la salle […], c’est l’une des plus belles chansons qu’elle a écrite », a expliqué Nicolas Sarkozy.

Sa femme, Carla Bruni, est partout dans sa vie. Il avoue, sur le plateau de RTL, qu’il aime le travail de l’artiste indépendamment d’être son mari. Il veut aujourd’hui la soutenir autant qu’elle l’a soutenu. Il était fan de la chanteuse avant de la connaître et est heureux aujourd’hui de pouvoir découvrir en avant-première les créations de l’artiste.

Toujours très touché par le décès de sa mère

Côté littérature, Nicolas Sarkozy a eu du mal à ne choisir qu’un seul livre, mais son choix s’est finalement porté sur Le Livre de ma mère, récit autobiographique écrit par Albert Cohen et paru en 1954. « C’est un livre particulier. Nous avons eu le chagrin de perdre ma mère il y a quelques mois et ce livre m’avait bouleversé parce que la dédicace qu’avait fait Albert Cohen, à savoir Je dédie ce livre à tous les insensés qui croient leur mère immortelle, m’avait beaucoup touché. J’ai mieux compris ce que cela voulait dire quand ma mère est décédée », explique-t-il sur RTL, avant de raconter une anecdote. « Un jour, mes fils Pierre et Jean étaient un peu énervés contre leur mère […], je leur ai offert ce livre et ils n’ont plus jamais été énervés contre [elle]. »

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*