SENEGAL-ATHLETISME-PERSPECTIVES: Ndiss Kaba Badji veut terminer ''sur une médaille mondiale ou olympique’’

Marrakech (APS) –Après la perte de son titre de champion d’Afrique du saut à la longueur aux championnats de Marrakech, lundi, Ndiss Kaba Badji, veut se donner deux ans pour gagner ‘’une médaille mondiale ou olympique’’, avant de se retirer des sautoirs.

‘’J’ai tout gagné sur le plan continental, j’ai été champion d’Afrique à plusieurs reprises et il me reste les championnats du monde de 2015 et les Jeux olympiques de 2016 pour prendre ma retraite’’, a expliqué l’athlète de 30 ans qui a terminé à la 8-ème place de la finale du saut à la longueur.

Avec 7m 61, le spécialiste sénégalais des sauts horizontaux qui vit depuis quatre ans en France n’a pas tenu la comparaison face à ses concurrents sud-africains.

Les Sud-Africains, avec Zarck Visser (8m 08), Khotso Mokoena (8m 02) et Rushwai Samaai (7m 84), ont domestiqué le podium du saut en longueur.

Ndiss Kaba Badji qui dit avoir été bloqué ces deux dernières années (2012 à 2013) par des blessures, est convaincu d’avoir le potentiel pour retrouver son meilleur niveau.

‘’J’ai sauté 8m 30 je suis capable de faire encore mieux si je suis lâché par les blessures’’, a-t-il dit indiquant être motivé pour réussir les deux dernières compétitions de sa carrière.

‘’Avec ce que j’ai réussi dans la carrière d’athlète, je suis déçu de ne pas décrocher une médaille mondiale ou olympique’’, a dit le sauteur qui a été finaliste mondial en 2007 (Osaka) et aux JO de 2008 (Pékin).

Malgré un emploi du temps surchargé partagé entre le boulot, les études et l’entraînement, le spécialiste du saut à la longueur ne craint que les blessures.

‘’Si je suis en pleine possession de mes moyens, je suis convaincu de pouvoir revenir à mon meilleur niveau’’, a-t-il dit soulignant que c’est le seul challenge qui lui reste dans sa carrière d’athlète de haut niveau.

SENEGAL-FRANCE-ATHLETISME: Ndiss Kaba Badji désormais entre boulot, études et entraînements

Marrakech (APS) –Installé en France depuis quatre ans, le spécialiste sénégalais des sauts horizontaux, Ndiss Kaba Badji, entend désormais consacrer ses journées au travail, aux études et aux entraînements.

“Au CIAD (Centre international d’athlétisme de Dakar), je pouvais me consacrer uniquement à mes entraînements. Mais en France, je suis obligé de travailler, d’étudier et de m’entraîner pour atteindre mes objectifs”, a expliqué l’athlète de 30 ans.

Badji a perdu son titre de champion d’Afrique du saut en longueur, lundi à Marrakech (Maroc), où se déroulent les 19èmes championnats d’Afrique d’athlétisme.

Ndiss Kaba Badji, qui suit des cours d’éducateur sportif et se prépare à devenir “un préparateur physique général”, affirme qu’à 30 ans, il est obligé de penser à sa “vie d’homme”.

“J’ai choisi de faire de l’athlétisme par amour du sport, mais je dois penser à ma vie d’homme, puisque je suis aussi marié et père d’une fille depuis plus d’un an”, a expliqué le spécialiste des sauts horizontaux. 

“Actuellement, je ne suis pas seul et je n’ai pas le droit de sacrifier ma famille”, a-t-il dit, relevant qu’il lui reste encore deux ans de compétition de haut niveau.

Ndiss Kaba Badji dit avoir été obligé, durant ces deux dernières années, d’arrêter les entraînements à cause d’une contusion osseuse, qui l’a éloigné des terrains.

“J’ai été obligé de me prendre en charge tout seul. Et je peux vous assurer que ce n’était pas évident”, a-t-il dit. “A 30 ans, on pense forcément à sa vie d’homme.”

Ndis Kaba Badji assure qu’il arrive à s’entraîner correctement. Il espérait conserver sa couronne continentale, sans la blessure. 

“J’ai quand même réussi à sauter 8m 30. Et si je suis dans les bonnes conditions, je peux atteindre ce niveau”, a-t-il dit. Son objectif pour les deux prochaines années est de revenir à ce niveau, pour sortir par la grande porte, a-t-il affirmé.

SD/OID/ESF

SD/OID

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*