Sénégal : cinq ans de prison pour le maire de Dakar, privé de présidentielle

Dakar's mayor and head of the African Union’s observation team Khalifa Ababacar Sall speaks during a press conference, on March 13, 2011 in Niamey after Saturday's presidential runoff. Rival camps in Niger's presidential runoff election both expressed optimism today as votes were counted following a landmark poll that is to usher in civilian rule one year after a military coup. First results had been expected today but have been postponed until March 14, the electoral commission said. AFP PHOTO SEYLLOU / AFP PHOTO / SEYLLOU

Khalifa Sall, maire de Dakar, a été condamné vendredi à cinq ans de prison pour escroquerie sur des fonds publics.

Le maire de Dakar Khalifa Sall a été condamné vendredi à cinq ans de prison pour escroquerie portant sur des fonds publics et faux, une décision qui l’écarte de la course à l’élection présidentielle sénégalaise de février 2019. La fin de la lecture de la décision du tribunal correctionnel de Dakar – qui l’a relaxé de plusieurs autres chefs d’accusation dont celui de détournement de fonds publics – a été interrompue par les protestations des partisans du maire, massés dans la salle d’audience.

7.600 euros d’amende. Le parquet avait requis le 16 février sept ans d’emprisonnement à son encontre, alors que la défense réclamait la relaxe pure et simple pour Khalifa Sall et ses sept collaborateurs, poursuivis pour un détournement présumé de 1,83 milliard de FCFA (2,8 millions d’euros) entre 2011 et 2015. Khalifa Sall a également été condamné à une amende de 5 millions de francs CFA (7.620 euros). Se défendant de tout enrichissement personnel, les prévenus assuraient que les fonds litigieux étaient “politiques”, à l’usage discrétionnaire des élus, une notion rejetée vendredi par le tribunal.

Dissident socialiste. Le jugement relaxe en revanche Khalifa Sall des chefs de blanchiment et d’association de malfaiteurs et déboute l’État du Sénégal, considérant que les fonds en question appartenaient à la Ville de Dakar. Dissident du Parti socialiste, qui l’a exclu en décembre avec d’autres ténors de la “jeune garde” de cette formation de la coalition présidentielle pour “violences, indiscipline et activités politiques concurrentes” à celle de la direction, Khalifa Sall impute ses déboires judiciaires à son statut d’opposant.

europe1.fr

In the Spotlight

Aimez-vous le visage de la nouvelle Marianne ?

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Ce n’est pas une FEMEN, c’est déjà une réussite La nouvelle Marianne, dévoilée jeudi par Emmanuel Macron est représentée de profil, les cheveux au vent, coiffée d’un bonnet phrygien bardé d’une cocarde et le regard [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*