Sénégal : Des chalutiers battant pavillon chinois pris en flagrant délit au large de la Casamance

– La Marine sénégalaise a procédé vendredi à la réception de sept chalutiers battant pavillon chinois, des navires pris en train de pêcher sans autorisation au larde de la Casamance (sud), flagrant délit de pêche sans autorisation.

“L’arraisonnement s’est passé en Casamance. Le navire Kédougou était en mission de surveillance. Les chalutiers étaient en groupe et en action de pêche sans autorisation dans les eaux territoriales sénégalaises”, a expliqué le capitaine de frégate Karim Moulaye Mara, commandant du groupement naval opérationnel de la Marine sénégalaise.
L’autorisation de pêche dont ils bénéficient est valable en Guinée Bissau “mais pas au Sénégal. Entre la Guinée Bissau et le Sénégal, il y a une zone d’exploitation commune. Les navires qui ont une licence de pêche de part et d’autres peuvent pêcher dans cette zone d’exploitation commune sans entrer dans les zones territoriales”, a-t-il précisé.
Ces chalutiers ont donc “commis l’infraction d’entrer dans les eaux territoriales sénégalaises” où ils ont été arrêtés par le patrouilleur ’’Kédougou’’ dont ils “ont essayé de soudoyer”, a souligné Karim Moulaye Mara.
“Ils ont essayé de soudoyer l’équipage, mais ça n’a pas été fait”, a-t-il dit, relevant que l’évaluation des produits pêchés “n’a pas encore été faite”.
“Une procédure administre va être déroulée. Il y a une amende qui va être fixée par le ministère en charge de la Pêche sur proposition d’une commission administrative qui va être constituée. Les navires étaient en action de pêche sans autorisation. Ils vont devoir payer une amende”, a indiqué le capitaine de frégate Karim Moulaye Mara.
Auteur: Aps

: Afrique Monde

In the Spotlight

L’opposant Gambien Sidya Bayo arrêté

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Cheikh Sidya Bayo a été arrêté, hier, alors qu’il tentait de quitter la Gambie pour se rendre en France. Selon le journal DakarTimes, l’opposant de nationalité française est sous le coup d’un mandat d’arrêt suite [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*