Sénégal: Fatick suffoque entre coupure de courant, manque d’eau et délabrement des routes

Le bastion électoral que l’on croyait imprenable à l’APR est en train de montrer des signes criards de vulnérabilité. Des langues qui, à défaut de défendre le fils du terroir s’étaient tues de le critiquer, se sont, désormais, mises à cafter. Et Macky Sall qui était leur fierté d’hier est, aujourd’hui, devenu leur cauchemar à cause de ses nombreuses promesses électorales non tenues. Et la dégradation du cadre de vie des Fatickois.

L’affection que les populations de Fatick avaient pour leur ancien maire s’est-elle envolée? C’est à cette éreintante question, que des citoyens de la capitale du Sine ont tenté de répondre lorsque, ce mercredi, ils ont joint la rédaction de Kewoulo pour dire leur déception de la gouvernance de Macky Sall. Et leur volonté d’en finir avec son régime. Alors que l’on croyait cette région toute acquise à la cause du patron de l’APR, de nombreuses voix discordantes ont commencé à se faire entendre dans la capitale du Sine.
Et tout laisse entendre que les opposants peuvent espérer, maintenant, aller, facilement, à sa conquête. À 6 mois de l’élection présidentielle de février prochain et en plein campagne de parrainage, nombreux sont les citoyens qui ont commencé à grincer des dents. Alors qu’ils avaient, dans le passé, par fierté d’avoir un des leurs à la présidence de la République, soutenu mordicus le patron de l’APR. Et ses nombreuses réformes mêmes les plus impopulaires.
A l’origine de ce désamour se trouve le constat lucide que le règne de ce fils du Sine a été un échec patent pour les Fatickois. Dans cette partie du Sénégal, qui avait donné son premier mandat électif à Macky Sall, l’inquiétude est grande. « Et c’est désolant de constater que dans certaines localités du pays comme la nôtre, des promesses électorales n’ont pas encore été tenues. » A déploré une ancienne partisane du président.

Si pour marquer son affection à sa ville de naissance Macky Sall y avait fait construire une grande bâtisse vide, dans le coeur du Sine qui a vu naître et grandir le président, il est inquiétant de voir que ce fils n’a pas encore retourné l’ascenseur à sa ville d’origine. « Alors qu’on lui a tout donné, voilà que nous sommes délaissés et abandonnés à notre sort. Parce que actuellement, on assiste à des coupures intempestives d’eau et d’électricité à répétion. » A témoigné Alima Dione, une fatickoise contactée par la rédaction de Kewoulo. Et ces coupures intempestives de courant comme les baisses anormales de tension ont détruit de nombreux appareils électroménagers dans la ville de Fatick et ses environs.

Aussi, sans aucune explication, la mairie avait commencé à creuser des canaux d’évacuation d’eaux de pluie dans presque toute la ville; transformant certains quartiers en chantiers ouverts et sans aucune protection. Et ces travaux non finis ont coupé de nombreux quartiers du coeur de la ville; causant d’énormes détours et obligeant les résidents à écourter leurs voyages en voiture pour rejoindre leurs domiciles à pied. « Avec cet hivernage, la mobilité des populations est réduite dans de nombreux coins de Fatick et personne ne sait si, à la fin de leur mandat, les Apéristes pourront livrer ses chantiers. » Se demande Ismaïla Dia, un fatickois qui travaille dans les assurances.

Face à cette situation, nombreux sont ceux qui, à Fatick, se demandent « si on peut aspirer à l’émergence. » Comme Alima Dione, nombreux sont les Fatickois qui se demandent: « Où sont-ils, ces cadres, ministres et députés qui s’enrichissent au détriment de la population ? Peut-on à nouveau faire confiance à un chef d’État qui attend un second mandat pour réaliser les soit-disants projets qu’il a pour sa ville natale ? Quand est-il de ce mythique plan Sénégal émergent ou devrait-on dire plan Sans eau et électricité. Oui C’est triste et déplorable mais Bien vrai. »

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*