Sénégal-municipales 2014 : Aïssata Tall Sall, une nouvelle victime de la justice des vainqueurs ?

Aïssata-tall-sall-racine-sy-300x155« La caste des pestiférés » rempile à Podor. La justice aux ordres tranche en faveur de Racine Sy. Rebelote, la justice des vainqueurs fait perdre Aïssata Tall Sall, la présumée victorieuse des municipales à Podor du 29 juin 2014. A quoi servent donc des institutions fortes dans un pays supposé de droit, si ceux qui sont chargés de les appliquer à la lettre, les violent librement ?
Ce que l’on redoutait tant, arriva encore, car après le coup de force à St Louis, la bête reprend du poil. Les méthodes fascistes « forxarci – maatey »-reprennent ses droits à Podor par des chiens de garde, devenus des indécrottables auxiliaires de service dressés en couple réglée pour le déshonneur moribond d’un régime de pugilat, qui n’y va plus sur le dos de la cuillère, s’autorisant tout comme système de gouvernance absolutiste. « La caste des pestiférés » rempile à Podor: Racine Sy, vainqueur sur commande recommandée, devient maire, face à Aïssata Tall Sall, déclarée victorieuse réelle des municipales de 29 juin 2014.

Il est certain que dans l’hypothèse où des élections présidentielles auront lieu à date échue, c’est-à-dire en 2017, Macky Sall organisera un autre hold up électoral pire que celui de 2012. Il n’y a aucun doute. Car celui qui vole un œuf, volera un bœuf.
Ce n’est plus un secret pour personne que Macky Sall menace la cohésion sociale et l’unité nationale. Dans la république des caïds et des voyous, plus c’est gros, plus ça se passe, telle une lettre à la poste.
Le totalitarisme s’installe à petit feu doux pour parachever la dynastie des faquins. Tout dictateur endurci, tel qu’il en existe en Afrique des nègres de service, en particulier, place par indécence toute sa famille immédiate à des postes de hautes stratégies, mais prend soin de servir d’abord les intérêts colonialistes mal placés , à la seule fin de couvrir ses propres arriérés aussi opaques que la nuit. C’est la règle. Macky Sall, le suppôt de classe exceptionnelle en constitue une parfaite illustration.
En finir avec ce régime totalitaire de l’arrogance, avant qu’il finisse avec nous. Tout brave peuple digne de ce nom, à un moment de son histoire là où ça se passe, se doit d’être nécessairement debout et fier de l’être pour faire taire définitivement le taux d’adrénaline de la démesure et inverser dignement les rôles une fois pour toute.
Macky sall, ouvre, maintenant, la nouvelle dynamique de la terreur triomphaliste dans laquelle la démocratie estampillée maçonnique des coups tordus se conçoit exclusivement par la manipulation d’une justice aux ordres.
Nous sommes plus que menacés et il est donc temps d’apporter la réplique proportionnelle à un état délinquant, personnalisé et à l’effigie d’un fraudeur nègre dans l’âme, qui ne s’encombre, outre mesure d’aucune parcelle de moralité.
Mais faut-il que nous restions dans la léthargie humiliante, sous le prétexte fallacieux de préserver la paix civile, face à ce qu’il est convenu d’appeler un gangstérisme de l’état-apr, qui porte la mascotte de la république des tontons macoutes dans laquelle les victoires se mesurent par des biceps au nom de la force publique. Décidément, le totalitarisme obtient toujours des victoires par l’entregent des chiens de garde d’un régime euphorique des manières aléatoires.

Le combat continue !
Ahmadou Diop

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*