SENEGAL-PRESSE-REVUE Les annonces et déclarations du dernier Conseil présidentiel au menu

(APS) – Les annonces et déclarations notées lors du Conseil présidentiel sur le suivi des politiques publiques, tenu lundi à Dakar, sont au cœur des sujets abordés par les quotidiens parvenus mardi à l’APS.presse revue

“Conseil présidentiel sur le suivi des politiques publiques : Le Sénégal s’engage dans la croissance, l’émergence et la transparence”, annonce Le Soleil.

“Bâtir un développement solidaire et inclusif, telle est l’ambition du président de la République. Macky Sall, qui présidait hier (lundi) le conseil présidentiel sur le suivi des politiques économiques et sociales, est formel : un autre Sénégal est possible. Un Sénégal émergent, qui ne laisse personne au bord du chemin”, écrit le quotidien national. Le chef de l’Etat, selon Le Soleil, veut “arracher les racines de la pauvreté”.

Macky Sall a annoncé, au cours de la même rencontre, la levée des contraintes pour le démarrage de la mission de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC) avec une dotation budgétaire de 500 millions de francs CFA.

Le chef de l’Etat Macky Sall en a profité pour donner sa version concernant le retard accusé pour le démarrage des activités de l’OFNAC, relève encore Le Soleil.

“S’il y a un retard, j’ai été surpris en tant que chef de l’Etat qui ai décidé de la création d’un organe pour renforcer notre gouvernance, de me retrouver d’être accusé de ne pas vouloir développer une politique de transparence”, affirme le président de la République dans les colonnes du même journal.

“J’avais décidé d’ici la fin de l’année de ne pas bouger, pour que tout le monde comprenne que la meilleure démarche, c’est par le dialogue interne”, a ajouté Macky Sall cité par Le Soleil.

Selon des quotidiens, ces propos du président de la République sont une réaction à une récente sortie de Nafi NGom Ndour, la patronne de l’OFNAC, qui déplorait le manque de moyens auquel sa structure serait confrontée.

“Macky recadre Nafy Ngom Ndour”, titre ainsi Le Quotidien. “Le président de la République a fait comprendre qu’il a décidé de manière tout à fait volontaire de créer l’OFNAC et on pourrait difficilement de l’accuser de ne pas lui apporter tout son soutien”, souligne le journal.

Sur le même sujet, Enquête titre : “Macky Sall tempête contre Nafi Ngom Ndour”. Selon ce journal, “les propos de la présidente de l’OFNAC relatifs à l’inertie de la structure qu’elle est censée diriger n’ont pas plu à Macky Sall. Pour le chef de l’Etat, les contraintes seront levées, mais il n’y avait pas lieu de les exposer sur la place publique, comme pour faire pression sur lui”.

Walfadjri affiche à sa Une : “Macky enrage contre Nafi Ngom”. Le journal estime que “pour avoir dénoncé dans la presse les obstacles au fonctionnement normal de leur organe, les dirigeants de l’OFNAC se sont attirés la colère du chef de l’Etat”.

Les propos de Macky Sall trouvent également écho dans les colonnes du quotidien Le Populaire. “Macky Sall savonne Nafy Ngom Ndour”, affiche ainsi ce journal, en citant ensuite le chef de l’Etat. “S’il y a un problème de budget, de nomination, je ne dois pas l’apprendre par la presse ou par la société civile”.

“J’ai été très surpris en tant que chef de l’Etat de me retrouver accusé quasiment de vouloir bloquer et de ne pas vouloir une politique de transparence”, ajoute le chef de l’Etat dans d’autres propos rapportés par la même publication quotidienne.

“Nous n’accepterons pas de subir les pressions. Ce n’est pas en menant la pression qu’on fera bouger les choses. Je ne fonctionne pas comme ça”, insiste Macky Sall, toujours dans les colonnes du Populaire.

S’intéressant au Conseil présidentiel sur le suivi des politiques publiques, L’As relève que le chef de l’Etat a invité à “un pragmatisme économique” et annoncé la suppression de l’Agence nationale pour l’emploi des jeunes (ANEJ), le Fonds national de promotion des jeunes (FNPJ), l’Agence pour l’emploi des jeunes des banlieues (AJEB) et l’Agence nationale d’appui aux marchands ambulants (ANAMA).

Macky Sall justifie cette mesure par un souci de “cohérence”. Il annonce qu’il y aura “une seule grande agence pour l’emploi des jeunes”. Il est également prévu la suppression d’autres agences “pour la mise en cohérence des politique de rationalisation des structures et la réduction du train de vie de l’Etat”.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*