Sénégal-Quinquennat Ou Septennat ?

Sénégal-Quinquennat Ou Septennat ?Sénégal-Mandat Présidentiel 

A Quoi Joue La France ?

Paris a joué son 23 juin avec Dakar en relançant le dossier Karim Wade après une première douche froide une semaine plus tôt.

La question de la durée du mandat du président sénégalais servirait de soubassement à ce jeu de dupes entre les autorités françaises et les responsables politiques sénégalais au plus haut niveau.

Surtout que les élections organisées depuis l’élection du président n’aident pas le nouvel élu à se rapprocher des populations qui l’avaient choisi.

La France entretient une coopération étroite avec le Sénégal, notamment en matière judiciaire “, en vertu du “partenariat bilatéral signé en septembre 2013” entre les deux pays.

D’autre part, “la France appuie les efforts en cours, appuie les efforts faits par le Sénégal dans le domaine de la Gouvernance ” (Source : www.diplomatie.gouv.fr).

La France jouait aux prolongations dans le dossier de Karim et a fait son 23 juin avec la conférence de presse du porte-parole du quai d’Orsay. Petit cours de rattrapage, après l’étonnement de Dakar : la justice française avait classé sans suite la plainte déposée par le Sénégal fin novembre 2012contre Karim Wade pour «enrichissements illicites»; il faut noter l’antériorité de cette plainte par rapport au “partenariat bilatéral signé en septembre 2013“.

La relance du 23 juin résulterait d’une amélioration, par Dakar, de sa saisine, puisque le premier document classé sans suite le 19 mai l’a été au motif que l'”infraction (était) insuffisamment caractérisée”. Dakar n’avait en tout cas pas aimé le premier verdict qui n’aurait pas suivi les canons administratifs et juridiques empruntés par la décision de la justice française et s’en était ému un fort peu diplomatiquement.

Sénégal-Quinquennat Ou Septennat ?

L’analyse séquentielle de ce dépit amoureux entre Dakar et Paris renseigne que la décision de la justice française a été rendue publique au lendemain d’une prestation du président sénégalais sur une radio française au cours de laquelle il semblait revenir sur la question de la réduction de son mandat présidentiel ; celui devait en effet passer duseptennat constitutionnel au quinquennat, promesse électorale de la campagne de 2011 et réitérée “urbi et orbi“.

Baye Ass (Baye Ass (© Gawlo.net) qui ne manque pas d’humour sur la question invoque lui les querelles byzantines en se demandant si “Macky Sall va renvoyer cette question aux calendes grecques. En tout cas la polémique 2014 est née…”.

Le débat télévisé sur WalFadjri (27 juin) démontre l’acuité du problème ; lancé à la veille de la clôture de la campagne électorale sur les municipales du 29 juin, il ressemblerait cependant plus à un bilan de mi-mandat à verser dans la campagne.

L’ex-candidat Macky Sall na pas en effet adepte des circonvolutions sémantiques nécessaires qui se disait impuissant devant la loi dont il n’était pas l’auteur ; il avait oublié la cellule traditionnelle de suivi et de matérialisation des promesses dont tout présidentiable doit s’entourer, par méthodologie et pédagogie.

Le questionnement est en effet de rigueur même si, dans la réalité, il n’y a pas sujet à polémique mais, plutôt, un réalisme froid : les têtes d’œuf du palais présidentiel penchent désormais pour 2019, à la place de l’engagement pour 2017 : la délicatesse de la situation socio-politique ne serait pas favorable au chef de l’État dont le pouvoir est inversement proportionnel à l’érosion des possibilités économiques des populations sénégalaises.

Les résultats de consultations populaires subséquentes à l’arrivée du président Macky Sall montrent le peu d’enthousiasme des électeurs sénégalais vis-à-vis de leur élu : averti une première fois en juillet 2012 avec les législatives par un taux d’abstention record  de 55% qui ne lui ont pas donné une majorité propre significative, le président doit doublement comprendre l’augmentation de ce repli de l’électeur sur lui-même avec les quelque  70% d’abstention de juin 2014 : le Sénégalais lambda et le militant de l’Alliance pour la République (Apr) ne reconnaît plus sa formation de base et le  Macky Sall qu’il a choisi pour marquer la rupture.

Appelé à se colleter avec les fondamentaux de base, le président élu a ramené par la fenêtre ceux que les Sénégalais avaient mis à la touche et qui ne l’aident guère à affronter les difficultés socio-économiques qui plombent le panier de la ménagère depuis deux ans.

La gifle du 29 juin le met ainsi d’autant plus à l’étroit que ses alliés traditionnels que sont la France et les Etats-Unis commencent à se poser des questions sur leur choix de naguère, entre 2008 et 2012.

In the Spotlight

Pourquoi Ouattara laisse planer le doute sur un nouveau mandat en 2020

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Par  jeuneafrique.com En évoquant désormais l’éventualité d’un troisième mandat en 2020, Alassane Ouattara a surpris plus d’un observateur. Dans cette tribune, André Silver Konan décrypte la stratégie inattendue du chef de l’Etat ivoirien, qui espère [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*