Serigne Ousseynou Kane, marabout et disciple de Serigne Saliou Mbacké : «Touba s’inspire de la loi islamique»

Serigne Ousseynou Kane, disciple de feu Serigne Sa­liou Mbacké invite le président de la Répu­blique, Macky Sall à s’inspirer de la démarche de ses prédécesseurs qui avaient choisi d’investir les chefs religieux du respect et de la considération qui sied à leur rang. 

C’est la seule voix du salut, qui s’offre à lui, dit-il, pour sortir le Sénégal des difficultés et de pouvoir mieux occuper son fauteuil présidentiel. Aussi, le marabout basé à Yoff Diamalaye s’est-il exprimé sur les Locales en indiquant que «Touba s’ins­pire de la loi islami­que», donc pas tenue de respecter la loi sur la parité.  

Comment jugez-vous la marche du pays ?
Le Sénégal traverse une passe difficile. J’ai même honte de dire la nature, de révéler ce que je vois par rapport à l’avenir de notre pays. Celui qui est à la tête de l’Etat n’a pas encore les coudées franches. Il n’a pas encore l’équilibre possible pour mener à bien ce pays. Il n’est pas encore bien assis sur son fauteuil contrairement à ses prédécesseurs comme Senghor, Diouf et Wade. On ne lui a pas encore laissé l’opportunité de bien s’asseoir sur son fauteuil.  

Qui l’empêche  de bien se mettre sur son fauteuil ?
Décliner leur identité serait un exercice très difficile pour moi. Ce que je puis dire, c’est que c’est très gênant pour moi, de révéler ce que je vois actuellement. Macky Sall n’est pas encore à l’aise sur son fauteuil présidentiel. Il en sera ainsi pour lui, jusqu’à ce qu’il quitte le pouvoir.
 
Quels conseils lui prodiguerez-vous pour qu’il dispose des coudées franches pour diriger de main de maître ce pays ?
La solution vient des guides religieux. Malheureusement, Macky Sall ne les respecte pas. Le seul conseil que je lui prodigue, est d’accorder le respect qui sied aux guides religieux, de discuter avec eux. Tous ses prédécesseurs à savoir Senghor, Diouf et Wade se sont appuyés sur les chefs religieux pour diriger le pays. Il doit les investir de la confiance et du respect que leur rang exige. Son salut se trouve à ce niveau. Parce qu’il a besoin de la prière de ces guides religieux pour sortir de ces difficultés. 

Le président de la République ne leur a pas investi de la considération qu’ils méritent. Le pays ne se mettra pas sur les rails du développement sans la prière des guides religieux. Je conseille à Macky Sall de collaborer avec eux, pour bénéficier de  leurs prières. Tous ses prédécesseurs ont procédé ainsi. Il faut discuter avec les hommes religieux et les respecter. En contrepartie, il aura la paix. 
  
Mais quel acte Macky Sall a-t-il posé pour que vous jugez qu’il manque de respect aux marabouts ? Faites-vous référence aux passeports diplomatiques, dont l’accès est devenu difficile pour certains ?
Je ne parle pas de passeports diplomatiques. Je suis contre qu’un chef religieux profite de ce privilège. Ils doivent se suffire des avantages que leur accorde le Tout Puissant. Ce que j’attends de lui, c’est la considération et le respect que nos marabouts méritent et rien d’autre. Certes, c’est la Constitution du pays qui dit que tous les citoyens sont égaux dans ce pays, mais Macky Sall ne doit pas considérer les marabouts comme des citoyens ordinaires. C’est ce qui explique ses difficultés.

Le pays sera toujours plongé dans des difficultés, tant que les marabouts demeurent fâchés. Macky Sall doit s’inspirer de Senghor qui entretenait de bonnes relations avec Serigne Fallou Mbacké, Diouf avec Serigne Abdou Lahat Mbacké et Wade avec Serigne Saliou. S’il le fait, il aura les coudées franches pour diriger le pays. 
 
Tel que vous parlez, c’est comme si le deuxième mandat de Macky Sall dépend de son attitude envers les marabouts ? 
Je ne dis pas qu’il aura ou qu’il n’aura pas de deuxième mandat. Tout ce que je puis vous garantir, c’est que des difficultés vont continuer à jalonner sa présence à la tête de l’Etat, s’il refuse de collaborer avec les guides religieux. Je lui demande de les respecter.

Quels arguments, allez-vous développer par rapport à la liste de Touba, en direction des élections locales ?
La loi sur la parité ne peut pas être appliquée à Touba. Parce que Touba est une ville qui s’inspire de la loi islamique. La liste a été toujours faite par le khalife général des mourides depuis que le Sénégal est devenu une République. Les choses vont toujours se passer comme ça.

Touba s’inspire de la Constitution islamique. Tout ce que la Constitution dit et qui est en porte à faux avec les valeurs islamiques ne sera pas appliqué à Touba. Le mieux pour Macky Sall serait de conférer à Touba un statut particulier. 

Avez-vous un mot par rapport au manque de soutien des riches à l’endroit des pauvres ?
Les riches ne s’acquittent plus de la zakat. C’est ce qui explique que la pauvreté s’accentue. Un musulman doit se plier à la volonté de donner la zakat. C’est un acte de solidarité. Il y a certains riches qui préfèrent donner une aumône de dix millions de francs Cfa, plutôt que de s’acquitter de la zakat. Cela n’est pas bon. On doit s’acquitter chaque année de la zakat !  
 
amadoumbodji@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*