SIDA – Prévenir le Vih à partir de projets à base communautaire : Promise affiche des résultats prometteurs

 

Profes­seur Souley­mane Mboup, chef du laboratoire Bactériologie-virologie de l’hôpital Aristide Le DantecPromise, qui signifie en anglais (Peers reaching out and modeling interventions strategies) et qui est un projet à base communautaire, conduit par l’association de professionnels du sexe Awa, a largement contribué à l’information et l’éducation de leurs pairs, en vue d’un changement de comportement relatif aux pratiques sexuelles.

Le projet a été un succès pour les intervenants, qui n’ont qu’un seul souhait : que l’Etat s’approprie les résultats, pour passer à l’échelle supérieure.

L’intervention communautaire est souvent porteuse d’espoirs pour beaucoup de pathologies, qui n’arrivent pas à être vaincues. Au Sénégal, on a l’exemple du paludisme, qui recule grâce à la mobilisation des communautés.

La tuberculose également perd du terrain, parce que les acteurs ont compris maintenant, que l’adhésion des communautés est importante pour des réponses concertées et adéquates. L’adaptation et la mise en œuvre de l’intervention communautaire à Dakar et intitulée Promise, dans le cadre de la réponse au Vih, a été un succès grâce aux professionnels du sexe.

Ces derniers se sont employés, avec le soutien du laboratoire Bactériologie-virologie de l’hôpital Aristide Le Dantec, en collaboration aussi avec l’association Awa, le Canadian International development Agency (Cida) / Path et Westat, à dérouler des actions de plaidoyer, pour sensibiliser notamment les travailleurs du sexe sur le Vih et ses risques. 

Des résultats, l’on apprend que l’intervention proposée a été bien acceptée par la communauté-cible, tous les indicateurs d’intervention ont été atteints et même dépassés, l’adaptation et l’implémentation de Promise ont été un succès. Cela a été un succès dans la mesure où l’augmentation des taux d’utilisation de condoms avec les clients est constatée, tout comme l’augmentation de l’auto efficacité pour l’utilisation de condoms avec les clients et les partenaires principaux est tangible. Les présentateurs des résultats de cette étude réalisée à Dakar ont également montré l’évidence de l’augmentation des risques relatifs au manque d’utilisation de condoms avec les clients et partenaires principaux. 

Bref, Promise, qui signifie en anglais (Peers reaching out and modeling interventions strategies) et qui est un projet à base communautaire conduit par l’association de professionnels du sexe Awa, dont ses membres sont devenus des acteurs de la prévention du Vih/Sida et des pairs éducateurs, a largement contribué à l’information et à l’éducation de leurs pairs, en vue d’un changement de comportement. 

Passage à l’échelle souhaité
Ces résultats, salués par plusieurs acteurs, comme le Profes­seur Souley­mane Mboup, chef du laboratoire Bactériologie-virologie de l’hôpital Aristide Le Dantec, ont été rendus possibles suite aux entretiens individuels, aux récits de vies ou encore aux focus groupes, en collaboration avec les acteurs impliqués dans la lutte contre le Vih/Sida au Sénégal. Lesdits résultats ont été présentés à l’occasion d’une réunion au cours de laquelle, cette expérience sénégalaise, qui a été une réussite aux Etats-Unis, a été largement partagée. 

Il faut dire sous ce rapport, que l’approche Promise a démontré que les bénéficiaires des programmes de prévention, de prise en charge et d’accompagnement, de renforcement de capacités par rapport au Vih/Sida peuvent aussi être des acteurs. Puisque, c’est grâce à eux que des changements sont observés chez les Travailleurs du sexe (Ts) et leurs clients, dans par exemple, la négociation de l’acte sexuel.

Depuis l’avènement de Promise aussi, les Ts et leurs clients sont en train d’utiliser les condoms, lors de leurs rapports sexuels. Mieux, les Ts ont tendance à s’enregistrer auprès des autorités compétentes, tout comme avec leurs clients, ils utilisent les services sanitaires pour leurs soins.

«Les Ts, les clients, les paires éducateurs et les Barmen connaissent les raisons des changements de comportement dans le milieu. Les Ts, les clients, les paires éducateurs et les Barmen ont pu identifier les éléments, qui ont facilité le programme et les changements de comportement. Les Ts, les clients, les pairs éducateurs et les Barmen connaissent les barrières liées aux changements de comportement», a indiqué une représentante des professionnels du sexe au cours de cette rencontre, qui a réuni beaucoup d’acteurs de la Société civile et du gouvernement. 

La représentante des Ps, qui a beaucoup insisté sur l’urgence de passer à l’échelle avec Promise, a loué les autres résultats, relatifs aux connaissances sur l’existence des Infections sexuellement transmises (Ist) et du Vih / Sida. Mais également les connaissances des moyens de protection et de prise en charge (condoms, structures de santé, comment utiliser un condom, acceptation du condom comme moyen de protection contre les Ist, etc.). Maintenant avec la chute des tabous autour des Ist et des connaissances sur les premiers symptômes, les acteurs observent un recours au traitement. Ce qui est à saluer et à pérenniser, mais faudrait-il que l’Etat s’approprie le projet, afin de le disséminer un peu partout dans le pays. 

  • Écrit par  Aly FALL

alyfall@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*