SOCAS : le scandale « DIEG BOU DIAR » Mettre fin à plus de 4 décennies d'injustice

tomate-dieg-bou-diar-2-kg affiche-DBD-1969 1461-diegboudiar-sachet 87-dieg-bou-diar-senegal-vente-en-ligne-niokobokDe naissance, elle s’appelle Niara, elle est née et habite à Dakar Bango. Son image et son identité sont les supports des produits de la SOCAS depuis plus de 40 ans. Son image a fait le tour du monde.

La marque « Dieg Bou Diar » ne peut plus se défaire de cet icône qui est désormais sa marque de fabrique. La SOCAS ne peut plus se démarquer de cette photo qui estampille tous ses produits phares.

Ce sont les lois du marketing. Cette photo est l’identité de la SOCAS. Sans la photo de Niara, la SOCAS ne se reconnaîtrait plus, mais pire encore, plus personne ne reconnaîtrait la SOCAS. Le décor est campé. 

Qui est Niara, la Niara qui est « Dieg Bou Diar » ? 

Cette femme sénégalaise, saint louisienne, de Dakar Bango est l’icône de la SOCAS pour la promotion des différents produits dans le monde entier. Niara est vendue partout dans le monde. Seulement Niara n’est pas au courant de cette saga, Niara ne sait pas que des gens malveillants se font du blé et énormément de blé sur elle. Quelle tristesse ! 

Niara est présente dans les quatre coins du monde. Niara n’est pas payée, Niara n’a touché aucune royaltie. Niara n’a jamais de sa vie encaissé un sous pour ce droit à l’image. On la spolie. Quel scandale ! 

La SOCAS en est la seule responsable et coupable. Inadmissible, révoltant ! 

C’est d’une tristesse à se fendre le cœur : Niara vit modestement à Dakar Bango. Modestement ? Pudeur quand tu nous tiens ! Niara n’a rien et au même moment, son image contribue à faire gagner une fortune à une multinationale. Il y a de quoi s’indigner et se révolter devant une telle injustice. Inacceptable ! 

Cette femme n’a jamais donné son accord pour que son image soit apposée sur ces produits et pire encore elle n’a jamais touché un sous de la SOCAS. Le droit à l’image existe. Cette femme croule sous la plus grande pauvreté à Dakar Bango.

C’est un scandale. Nous pensons que c’est un dossier qu’il faudra absolument mettre sur la place publique pour que cette femme recouvre ses droits. Devant une multinationale comme la SOCAS, le combat pourrait ressembler à celui du pot de fer contre le pot de terre.

Mais, désormais rien d’impressionnant ! Pourquoi rester indifférent devant ce scandale humain ?

Nous militerons pour cette cause, nous combattrons. 

Nous interpellons la SOCAS pour que toute la lumière soit faite sur cette affaire et que Niara puisse recouvrer ses droits. 

Nous ne ménagerons aucun effort pour qu’une réparation soit apportée dans la plus grande diligence à ce scandale d’un autre monde. Nous allons faire du bruit et pour cela, on peut nous faire confiance. 

Cet article sera envoyé dès ce jour à la société SOCAS et nous attendons une réaction de leur part dans les meilleurs délais. 

Dès la semaine prochaine, nous prendrons l’attache d’un avocat pour faire une assignation en justice. 

Signé 

Dakar Bango et ses enfants 

Conscients et éclairés

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*