SOUS LA PRESSION DE DAKAR-DEM- DIKK Khalifa Sall et le préfet de Dakar démantèlent les lieux d’embuscade des bus

Les services de la mairie de Dakar, aidés par les forces de l’ordre, ont démoli hier des centaines de cantines installées de manière «anarchique» sur l’avenue Cheikh Anta Diop. Mais, des sources crédibles persistent que ces cantines seraient un refuge des étudiants qui s’en prennent souvent aux bus de Dakar-Dem-Dikk.dakar

Les commerçants de l’avenue Cheikh Anta Diop ont été surpris, hier tôt le matin, par les bulldozers de Khalifa Sall, maire de la ville de Dakar. En effet, aidés des forces de sécurité, des gros bras municipaux ont mis à exécution la sommation que la ville de Dakar avait adressée aux marchands ambulants. C’est ainsi que les cantines ont été démolies sous le regard impuissant de leurs propriétaires. Les plus chanceux ont réussi à sauver quelques bagages qu’ils ont transportés à bord de charrettes, alors que cantines et tables en bois partaient à bord de camions mobilisés par la ville de Dakar. Les bulldozers de la mairie sans pitié, ont poursuivi leur déguerpissement tout le long de l’avenue Cheikh Anta Diop. De l’autre côté, une équipe du préfet de Dakar, en compagnie des forces de la gendarmerie et des volontaires de la ville, a, samedi matin, effectué une descente musclée à Mermoz où ils ont démoli des cantines au niveau du site abritant les logements des universitaires.

«Plaintes»

Cette opération, qui entre dans le cadre du désengorgement de Dakar, est surtout, à en croire une source autorisée, la réponse de l’Etat au troisième point de la plateforme revendicative des membres du Syndicat autonome des enseignants du supérieur (Saes), à qui appartient ledit site. Certains des propriétaires déguerpis ont exprimé leur tristesse, déplorant l’absence de sommation dans la procédure. Les raisons officielles parlent d’une opération de démantèlement des cantines installées de manière anarchique. Mais, d’autres explications sont avancées. Selon une source sécuritaire, elle fait suite à plusieurs plaintes que la direction de «Dakar- Dem-Dikk» aurait introduites auprès des autorités militaires et politiques, après le saccage de leurs bus par les étudiants. L’Etat, qui veut faire des économies, a décidé, avec la mairie de Dakar, de démanteler toutes les niches où les étudiants pourraient se refugier à chaque fois qu’ils commettaient leurs actes. Avec ce désengorgement, les conducteurs des bus DDD peuvent, désormais, être à 400 m des étudiants en mouvement.

Khalil DIEME

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*