Succès pour le livre du Colonel NDAW à L'Harmattan Paris

Pour l'honneur de la gendarmerie senegalaiseDakarEcho a voulu vérifier sur place ce 19 juillet, à Paris, le succès du livre du colonel NDAW à Paris.

16 h 30, arrivé à la librairie L’Harmattan à Paris au 16 rue des Ecoles- Paris 5e. Un seul des deux Tomes du livre du Colonel NDAW trône sur la vitrine du magasin.

Je rentre et demande aussitôt au vendeur qui était affairé à ranger les rayons où se trouvait le Tome 2 du livre du Colonel NDAW, car je ne voyais que le Tome 1 sur la vitrine.

Il me montra la table en me disant que j’avais de la chance car il n’en reste plus de trois, à savoir deux Tomes 1 et un Tome 2.

Je prends les deux livres  intitulés: Pour l’honneur de la gendarmerie sénégalaise Tome 1: Le sens d’un engagement (20 euros) et le Tome 2, La mise à mort d’un officier à  25,50 euros soit 45,50 euros les deux ce qui fait en franc CFA 29.8450 et entame rapidement une discussion avec le vendeur.

Visiblement, très satisfait du succès du livre, le vendeur me disait qu’ils en avaient vendu une centaine depuis ce matin et qu’une autre livraison était attendue pour Lundi.

Il me confirma également ce qui était une rumeur, à savoir que le livre était introuvable à Dakar dans la librairie qui porte le même nom sans fournir d’explication. Il m’a également appris que beaucoup de personnes venaient en acheter plusieurs pour le compte d’autres afin de les expédier à Dakar. Ce qui confirme les rumeurs de “censure” du livre à Dakar. 

En réalité, le livre n’est pas censuré, mais les librairies de peur de s’attirer les foudres de l’Etat Sénégalais n’osent pas commercialiser le livre. Mais actuellement le livre circule sous le manteau ou via des photocopies. Ceux qui veulent acheter le livre peuvent nous contacter par mail à dakarecho@gmail.com, nous vous les ferons parvenir par les GP une fois le montant acquitté.

J’enchaînais en expliquant que j’étais journaliste et que je venais acheter le livre et me faire ma propre idée quand au contenu du livre qui retient en haleine la classe politique Sénégalaise. (Je vous ferais un compte-rendu par la suite des deux Tomes)

le porte-parole du gouvernement Me Oumar Youm sur le livre du colonel NDAW: « Le gouvernement entend prendre les mesures appropriées


Réagissant à ce qu’il appelle les « affirmations graves » du livre du Colonel Abdoulaye Aziz NDAW, le ministre des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, porte-parole du Gouvernement, a souligné que l’Etat prendra les mesures appropriées. Cela, après avoir, bien entendu, effectué les recoupements nécessaires pour situer les responsabilités.

« Le gouvernement a pris acte de la publication des deux tomes d’un ouvrage publié par l’auteur Abdoulaye Aziz Ndao, un cadre de la gendarmerie. Nous constatons, pour le regretter, qu’un haut fonctionnaire qui a occupé de hautes fonctions dans la Gendarmerie pour avoir été un Haut-commandant en second, a procédé à des affirmations graves, à ce jour non étayées, portant le discrédit sur le fonctionnement de cette prestigieuse institution dont les hommes qui les incarnent doivent avoir pour souci constant la préservation des valeurs de la République », a dit le ministre, porte-parole du gouvernement.

« En procédant de la sorte, nous pouvons constater que M. Ndaw a violé son code de déontologie qui implique un devoir de loyauté, de respect du secret professionnel et surtout l’obligation de réserve », a renchéri Me Oumar Youm. Il a ajouté que le gouvernement entend, comme à son habitude, en pareille circonstance, prendre « les mesures appropriées après avoir, bien entendu, effectué les recoupements nécessaires pour situer les responsabilités, engager, par voie de conséquence, les actions que la situation impose ».


ABDOULAYE WILANE, PORTE-PAROLE DU PS: « C’EST UNE ATTITUDE QUI RÉCUSE LE SENS DE LA RÉPUBLIQUE »

Le porte-parole du  Parti socialiste, Abdoulaye Wilane, estime qu’il s’agit d’un problème qui dénote de l’état de « notre société », d’une crise liée à « l’irresponsabilité de certaines élites de l’Etat ou des institutions publiques».

« Nous regrettons, dénonçons et condamnons  jusqu’à la dernière énergie ce  qui s’est passé. C’est une attitude qui récuse le sens de la République, des symboles dans certaines productions intellectuelles, de la diplomatie…», laisse-t-il entendre.


EL HADJI MOMAR SAMB, COORDONNATEUR NATIONAL DU RTA-S: « L’ETAT DOIT PRENDRE CETTE AFFAIRE AVEC RIGUEUR, SÉRÉNITÉ, PRUDENCE ET LUCIDITÉ »


Pour El Hadji Momar Samb, coordonnateur national  du Rassemblement des travailleurs africains-Sénégal (Rta-S), les révélations du colonel Abdoul Aziz Ndaw doivent traitées avec «rigueur, sérénité, prudence et lucidité par l’Etat».

Et cela, dans le respect  de l’intérêt national. « Il n’est pas question de passer sous silence cette  affaire. Le moment est venu de mettre un terme à l’impunité dans ce pays», déclare-t-il, citant l’exemple du  naufrage du bateau le «Joola» où les responsables n’ont pas été inquiétés.

MAMADOU MBODJI, COORDONNATEUR DU M23: « IL FAUT SANCTIONNER LES COUPABLES »
Jugeant l’accusation « grave », le coordonnateur du M23 invite à sanctionner les coupables.  « C’est une accusation grave qui renvoie à la déliquescence morale de la Gendarmerie et de la Police.

Elle n’est pas seulement  spécifique  à ces deux secteurs mais elle est générale »,  avance Mamadou Mbodj.  Selon lui, cette révélation   montre que 12 ans durant lesquels « on a connu des scandales et des détournements. Et on comprend que des gens de l’armée, de la police puissent s’engouffrer dans cette frénésie ».

Toutefois,  ajoute-t-il,  pour le moment, la dimension reste à savoir.  « Ces révélations interpellent le président de la République, son gouvernement, l’Assemblée, l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac)… On ne peut pas continuer comme ça. Il faut qu’on se ressaisisse », soutient M. Mbodj.

ME DJIBRIL WAR, MEMBRE DU DIRECTOIRE DE L’APR: « LE COLONEL NDAW A TRAHI SON SERMENT »


Membre du directoire de l’Apr, Me Djibril  se veut formel. Les révélations du colonel Abdoul Aziz Ndaw n’enlève en rien le fait que nous disposons  d’une armée et d’un Etat responsables.

Selon lui, l’auteur de « Pour l’honneur de la gendarmerie » doit rendre compte. Et ce, du fait qu’il a trahi son serment. Pour Me War, « il s’agit d’un manque de respect du colonel Abdoul Aziz Ndaw Ndaw à  l’égard de  l’Etat du Sénégal». « On doit voir ce qui a motivé son penchant littéraire », relève-t-il.

Djibril War  a fustigé le fait que des gens profitent  de cette situation pour s’attaquer à l’armée  qui reste une institution qu’on doit respecter. « S’il voulait se faire un nom, l’occasion est mal choisie (…). Son ouvrage est venu un peu tard et il y avait des voix plus autorisées pour le faire », fait-il comprendre.

YOUSSOU TOURE, COORDONNATEUR DES ENSEIGNANTS DE L’APR: « CE LIVRE POSE PROBLÈME D’UN POINT DE VUE MORAL »


Quand on accède à un certain niveau de responsabilité, l’on doit faire preuve de retenue ».

C’est le point de vue du coordonnateur des enseignements de l’Apr, secrétaire d’Etat à l’Alphabétisation et des langues nationales. De l’avis de Youssou Touré, le livre du colonel Ndaw pose un problème moral.

« On ne peut pas jouer avec la stabilité d’un pays. Il y a des questions qu’on ne met pas sur la place publique. C’est une chose qui aurait dû être traitée à l’interne », soutient-il. Pour lui,  « si des vérités peuvent avoir des impacts négatifs sur la stabilité d’un pays, il vaut mieux ne pas les dire ».

ME EL H. AMADOU SALL, PDS: « LES SÉNÉGALAIS DOIVENT AVOIR PEUR »

Me El H Amadou Sall du Parti démocratique sénégalais (PDS) n’a pas manqué d’exprimer son inquiétude. « La première lecture à faire, c’est de s’interroger très sérieusement.

Car, lorsqu’au niveau de la Police, de la Gendarmerie, des cadres sensés se taire se mettent à parler, ça fait peur. J’ai peur et les Sénégalais devraient avoir peur », a dit Me Sall. Il demande au chef de l’Etat et au gouvernement d’être républicains pour que vive la République ».

Source Dakarecho

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*