Sunu Sénégal Guii \Nanu Guen CI GuuTeu- AK Boumu Ndiam- BITIM REW ! Par Ahmadou Diop

Libérons- nous donc  de la  politique de la Soumission  \ Dépendance Coloniale Dynamique  en  Puissance,  qui est source de nos  éternelles décadences (…)

Nous devons  sortir de  l’éternel scandale permanent entre dominateurs et dominés,  ou  le déséquilibre   effarant à couper,  qui donne des vertiges, tant sur le plan juridique, commercial , économique, que  politique, car  les   échanges internationaux  inégalitaires tout azimut, retardent notre décollage  économique.  Au nom du populisme,  outre atlantique,  les marchands  d’illusions  font des amalgames  entre immigrés et  criminalité, criminalisent à mots couverts  l’immigration,  qu’ils opposent   à  l’expatriation,  se barricadent   et ferment leurs frontières.

GuuTeu- AK Bumu Ndiam – signifie tout simplement le goulot d’étranglement de  l’extérieur  vindicatif, tel vampire, suce notre sang, nous  mène dans l’impasse totale, nous maintient dans l’esclavage et  nous  siphonne habilement par des mécanismes  savamment élaborés  des siècles des siècles, depuis jusqu’à la parodie  d’indépendance  qui n’est qu’une souveraineté virtuelle, au regard des faits matériels en action.

Il est impératif que nous écrivions  en toute indépendance notre propre histoire et l’enseigner  dans nos écoles et nos universités, de façon que l’on puisse la transmettre de génération,  sans demander l’avis  de qui ce quoi.

De plus,  que  l’on  ne s’y trompe point.  Contrairement à ce que l’on veut faire, pour continuer à nous dominer, aussi  longtemps que cela s’avérera nécessaire,  le droit international  pose un problème moral et  porte comme arrière-plan  une idéologique, politique, y compris  les institutions satellites, inféodées, aux modèles de la démocratie impérialiste de l’arbitraire, capitaliste,  ne  sont que en définitive  que  des rapines, infondées, servent en toute logique   qu’aux mêmes qui les ont crées par la ruse.

Nous avons le devoir  moral de penser pour nous-mêmes et par nous-mêmes,  et  en finir avec la dépendance  servile, pour  créer  pour nous mêmes notre  propre spécimen, intrinsèque  qui nous  est spécifique,  par rapport à nos valeurs morales et  nos traditions et  sur  la base  de notre civilisation, source de vitalité  et liberté  qui constituent le ciment et le socle fédérateur,  si nous voulons traiter, demain, librement  avec nos  partenaires sur des bases égalitaristes  que nous  aurons  choisis en toute indépendance et en toute  conscience, pour défendre nos propres intérêts légitimes.

Maintenant,  il est  temps que nous puissions  nous  sortir de notre torpeur dans laquelle les puissances  occidentales veulent nous ferrer à jamais, pour  nous maintenir autant que  dans l’esclavage qui ne dit pas son nom. Or, en plein  21 énième  siècle, la servitude  est   bannie, obsolète, révolue.

Nous sommes aussi intelligents que les autres espèces humaines. C’est en Afrique noire  que l’homme a vu le jour pour la première fois, a engendré toutes les  autres civilisations, dixit le professeur Cheikh Anta Diop, qui fut l’Egyptologue, le scientifique hors pair   nous avons l’obligation d’être  en première loge dans l’hagiographie mondiale, plutôt d’être traînés dans la boue comme des malfrats amnésiques, pour n’être que les derniers de la classe.

Nous avons vécu et vu, pour avoir plus souffert que d’autres sur l’échelle planétaire internationale.   Il faut que nous sortions de  l’expectative, facteur du fatalisme ahurissant et de notre léthargie.   Si nous voulons,  nous pouvons réussir  et agir tous  ensemble. Le panafricanisme n’est ni un délit, ni  un Casus belli contre qui que ce soi.

Nous devons sortir des politiques de la dépendance servile. La volonté de se développer  est un acte légitime, normal, ne peut être, en aucun, une offense contre personne. C’est le devoir moral de  tout  pays digne, souverain, indépendant et libre qui se réclame comme tel, doit disposer  de ses télécommunications, de ses propres ressources  vitales et  avoir sa propre monnaie et assurer sa défense nationale.   Nous ne  pouvons pas être à la fois riches et pauvres. C’est un contre sens doublé  d’une malédiction que nous ne pouvons nullement accepter.

Nous sommes pris à la fois  en  étau  par le colonialisme exogène et le totalitarisme endogène en bande organisée qui  travaillent   en osmose main dans la main. Refusons les contingences mentales.  Mettons  donc fin aux impunités qui  nous narguent, nous oppriment et nous enquiquinent !

Le droit du peuple est  inaliénable, légitime.  Il faut que cela soit clair dans la tête de ceux qui réfractaires à la justice et  qui se croient  les  plus intelligents  de la terre !  C’est une question de volontarisme,  de vision politique,  d’abnégation de dynamisme et d’impulsion nationale sur le plan supranational.   Mais faut –il  que  l’ensemble la majorité des citoyens  africains  le sachent ?

Car ce droit international apparaît comme  trompe-l’œil, tel qu’il est   dessiné et appliqué  partout à la lettre, laisse un champ de ruines dans lequel il n’y a point  la moindre parcelle de démocratie visible,  ni de progrès sensibles, exponentiels, mais produit de facto,  la désolation  généralisée et le malaise social, chronique, en pis,   aux effets multiples cataclysmiques.

Pourquoi, l’état    Sénégalais  ne prend pas  ses responsabilités  pour  garantir  librement  son  destin en main  sur es bases voulues, pour  sortir de la dépendance  soft ,dégradante ?

Il faut absolument  que nous ayons le courage de débattre publiquement sans entrave aucune  et  mettre fin au tabou  et au complexe d’infériorité  vis-à-vis de la prétendue  supériorité   leucodermique qui n’est que la conséquence directe de la colonisation, cet  éternel  crime  contre l’humanité, contre lequel nous  devons  tous agir tous ensemble et   concentrer  tous efforts, de sorte  qu’il puisse nous forger nos consciences libérées, à l’instar des  nations émergentes, qui ont tiré les conséquences de cette tragédie historique.

Sur la question du colonialisme, l’Europe, en particulier, la France, ne font  jamais  de repentance, au contraire, en parler, crée systématiquement des délires  et de  l’hystérie, voire même   un cataclysme généralisé, au point que la Chape de plomb, ou la  thématique constitue  un chemin de croix et  une descente aux enfers pour certains d’entre eux ? Une levée de bouclier – car les médias encordés aux politiques, font   cause commune, comme  une levée de bouclier, restent dans le sillage,  ne défendent autre chose que  la démocratie impérialiste.

 Probablement,  ni la justice,  ni la vertu au nom du  le droit international,  ne les motivent,  en réalité, tant s’en faut.   Les intérêts  expansionnistes   outranciers  priment sur ceux  de la morale platonique.

Les pays du sud, qui sont très riches en matières de ressources  minières, inestimables,  doivent être   leurs vaches à lait pour assurer leur propre  survie menacée par la faim et les récessions  récurrentes des crises  capitalistes, impérialistes, inhérents, qu’ils ont mises en place.

Mais apparemment, le  discours du visionnaire africain, en l’occurrence,   Cheikh  Anta Diop,  tombe dans les oreilles  des élites minables, qui  préfèrent, hélas, porter la corde autour de leurs  cous, s’alignent  indignement sur le colonialisme triomphaliste, gardent le pouvoir et le transmettent de pères en fils.

Pour cela, des outils de dominations imparables, symbolisés par des moyens  logistiques  extraordinaires,  qui  leur permettent  d’intervenir  partout en Afrique,  par guidage laser, et sans pertes humaines,  maitrisent tout le ciel africain à l’échelle continentale.  C’est pour celte raison  que  le regretté panafricain, Cheikh Anta Diop, le scientifique parla de mettre l’accent sur la science, pour mettre un terme définitif aux brimades et aux humiliations l’expansionnisme européen, qui imprime sa marque depuis 5 siècles à nos jours.

En dehors de L’Algérie  et peut-être d’autres, qui se sont  dotés de la haute technologie de pointe,  c’est  les mêmes  maîtrisent, dominent  le ciel africain à l’échelle continentale et par  leur puissance de feu sur le terrain du crime.  Sans ces moyens, la supériorité physique corpulente   des  africains  fait pencher indiscutablement la balance ;

 Autrement dit, la géopolitique stratégique, non assumée, autorise toutes dérives,  quand il s’agit de piller  les  14 pays  africains dits  francophones,   tous assujettis, satellites et   sous  coloniale.  La suprématie  expansionniste   ne vise qu’à perpétuer durablement et autant que possible le joug colonial, pour appauvrir davantage ce qu’elle appelle entre les lignes,  leurs  colonies de plein droit, pour   asseoir leurs hégémonies, sans d’âme,  ni scrupules,  et   peu  importe  que  les moyens  soient répréhensibles, pour arriver à leurs fins ;  car c’est le résultat qui compte.

Toute personne qui va à l’encontre de l’intérêt national sera traitée comme  tel  sans état d’âme. C’est la philosophie occidentale est leur socle depuis  des millénaires rien ne peut les dévier de leur trajectoire. Nous devons comprendre cela. C’est ça qui  manque malheureusement s  à nos élites nullardes quine sont pas à la hauteur. C’est notre tragédie  qui explique notre régression en pis – une aberration. Etre ou ne pas être dans l’histoire ? Voilà les enjeux !

Nous devons restaurer, sanctuariser le civisme et la culture du patriotisme.

Faire les états généraux de la presse et de la justice  qui sont des instruments politiques au service du totalitarisme.

L’indépendance politique commence  par la souveraineté monétaire, économique et   par la souveraineté nationale, la nationalisation  des télécommunications  et de  nos ressources vitales.

Réduire notre dépendance vis à  vis de l’extérieur est devenu une priorité absolue.

Nous devons saisir le ballon au vif  pour nous éveiller et prendre la mesure de la gravité exceptionnelle.

Le pétrole et le gaz couleront à flot, demain et pour  les puissances coloniales ? Lorsque  les politicards sont soumis, il en sera toujours ainsi.

  Le Sénégal est un grand pays historique au point de vue du savoir pluriel et de la morale en puissance

Le débat revêt donc  un caractère  éminemment pédagogique, en ce sens qu’il fixe les consciences  imprégnées de la réalité historique pour savoir qui nous sommes,  à l’instar des autres nations émergentes,  qui ont bien compris que pour aller de l’avant, il faut savoir perdre- pour en tirer profit et en tire toutes les conséquences.  C’est  le cas de la chine, qui  joue aujourd’hui dans la cour des grands,  a laissé les puissances implanter leurs industries lourdes sur son sol,  a beaucoup  appris, alors que nous dormons dans nos lauriers.   Nous importons beaucoup plus que nous exportons. Pis, nous  perdons beaucoup plus que nous gagnons en termes des échanges internationaux. Si nous avions  installé des industries lourdes, dans notre pays,  comme l’a fait  la Chine,  qui a bien compris les intérêts majeurs, a bénéficié des transferts de technologies  nous aurions pu transformer  nos matières premières en produits finis pour les exporter.

Dans ces conditions, nous ne pouvons   subir les lois des puissances, puisque nous n’agissons pas. Je l’ai  déjà écrit antérieurement.

Enseigner une langue étrangère comme langue officielle, c’est aussi assimiler par réflexe, d’autres cultures venues d’ailleurs. Cela finit par naître dans nos substrats une aliénation culturelle très difficile à corriger. Point de survie, ni d’avenir d’un peuple qui oublie ses idiomes caractéristiques. Aucun peuple ne peut s’épanouir réellement sans l’intégration de ses propres valeurs culturelles, linguistiques, spécifiques. Alors, sommes-nous des incapables pour aller de l’avant ?

ici, chez nous,  malgré les intrusions,  les collusions,  les agissements inadmissibles,  les manquements  et dysfonctionnements  en continu  du tonitruant  Macky Sall-Himself, interdit  tout vent et  systématiquement par le truchement   toute manifestation légal , autorisée par   la constitution de 2001, afin de tuer dans l’œuf   toute capacité de résistance, face à son régime de capharnaüm,  au moyen  de ses auxiliaires, tous tenus en laisse , s’exécutent promptement par devers et contre tous, dont l’objectif majeur  n’a d’autre fin  qu’à rester  comme le seul maître à bord , une fois que tous ses adversaires  sont éliminés  dans le champ politique.

pour toutes ces raisons, nous exigeons, sans conditions,   que la justice  ouvre  une information judiciaire  à l’encontre   du chef de la république   des fripouilles, en l’occurrence, Macky  Sall  pour  escroqueries , népotisme, favoritisme,  opacité, manque de transparence,  vols, enrichissements illicites, personnels,   dissimulations , virement  des 72 milliards de  F CFA à son compte personnel ouvert à la BNP,  suite au règlement à l’amiable du  litige ,  qui avait opposant  l’Etat du Sénégal  à la société Arcelor –Mittal,  entre autres,   les pillages appartenant à l’état sénégalais, notamment prise de marché et  d’intérêts illégaux  sur le pétrole et gaz du Sénégal, banditisme financier, abus de pouvoirs, détournements massifs des deniers de l’état  recels de biens sociaux, en bande familiale organisée,  en lien avec une entreprise  terroriste ségrégationniste, intégralement négationniste  d’un régime  ethnique , pandémique, trafic d’influence,  n’échappent plus personne, pour qu’il  soit  jugé,  écroué  par   les tribunaux   indépendants, libres et   libérés  des griffes  ethniques du totalitarisme.

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*