SUNUKER ET LA DIASPORA NE SAURAIT ACCEPTER L’INTIMIDATION DES DEFENSEURS DES DROITS HUMAINS !

Macky Sall descendant difficilement de l'helicoptereL’intimidation des organisations des droits de l’homme témoigne du passage de la ligne de front entre les droits et devoirs d’un régime et la dictature ce que le peuple sénégalais, qui renferme des citoyens, nettement en avance de ses gouvernants, ainsi que sa diaspora, très présente dans toutes les instances d’excellence du monde ne saurait accepter car ces actes de politique politicienne, au grand dam des prostitues intellectuels, prêts a tout dire et/ou faire pour valider les maladresses de Macky SALL.

Raison pour laquelle Sunuker se joint aux sieurs Aboubacry MBODJ (RADDHO), Maitre Assane Dioma NDIAYE (L.S.D.H.) Maître Diène NDIAYE (AI/SN), Madame Fatou JAGNE (ARTICLE 19/AFRIQUE de l’Ouest) , Me Ousseynou FAYE (SIDH/SN) pour exprimer sa solidarité indéfectible et de tous les instants et se fait, conformément a sa ligne de conduite, la zone tampon auprès de tous les auditeurs et internautes de la diaspora sénégalaise deja, honteux de la conduite de son gouvernement et de ses sbires:

Raison pour laquelle radiosunuker signe le communique et exhorte tous a signer :

COMMUNIQUE

La Rencontre Africaine Des Droits de l’Homme (RADDHO), la Ligue Sénégalaise des Droits Humains (L.S.D.H.), ARTICLE 19 Afrique de l’Ouest, Amnesty International Sénégal (AI/SN) et la Société Internationale pour les droits de l’Homme/Sénégal (SIDH/SN), s’insurgent contre « l’invitation » faite à Monsieur Seydi Gassama, Directeur Exécutif de Amnesty International Sénégal, par le Procureur de la République à venir témoigner sur l’affaire de l’étudiant Bassirou Faye, tué par balle réelle dans la tête le Jeudi 14 août 2014, lors des affrontements entre étudiants et forces de l’ordre à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.
Nos Organisations rappellent avec force que la Constitution nationale du 22 janvier 2001, ainsi que les Instruments juridiques internationaux et régionaux tels que la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, le Pacte international relatif aux Droits civils et politiques, l’Acte constitutif de l’Union Africaine et la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples auxquels l’Etat du Sénégal est partie exigent le strict respect des libertés fondamentales, notamment les libertés d’association, d’expression, de manifestation, de réunion, de participation.
Par conséquent, nos Organisations considèrent qu’il ne saurait y avoir de justification à cette invite à témoigner faite

au Directeur Exécutif de Amnesty International Sénégal, défenseur des Droits Humains.
Nos Organisations demandent à l’Etat du Sénégal de veiller au respect scrupuleux de ses engagements vis-à-vis de

la Constitution nationale et des Instruments juridiques internationaux et régionaux qu’il a signés et ratifiés.
Nos Organisations rappellent enfin leur exigence d’une enquête impartiale et indépendante avec notamment la mise en contribution des témoins oculaires pour une prompte manifestation de la vérité.
Fait à Dakar, le 26 Août 2014
Ont signé :
-Monsieur Aboubacry MBODJ (RADDHO) ;
-Maitre Assane Dioma NDIAYE (L.S.D.H.) ;
-Maître Diène NDIAYE (AI/SN) ;
-Madame Fatou JAGNE (ARTICLE 19/AFRIQUE de l’Ouest) ;
-Me Ousseynou FAYE (SIDH/SN).

-L’equipe de Radiosunuker

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*