SYSTEME EDUCATIF – Un Code de déontologie et un Serment de l’enseignant(e) : Des impératifs pour prévenir les conflits

Le ministre de l’Education, Serigne Mbaye Thiam, a tenu hier un point de presse en prélude aux Assises de l’éducation qui auront lieu les 28, 29 et 30 août 2014, au King Fahd Palace.

Il est proposé, en autres recommandations, un Code de déontologie des enseignants, un Serment de l’enseignant, afin de réguler les conflits qui affectent le système éducatif sénégalais.

Les dysfonctionnements et failles accumulés au fil des années dans l’école sénégalaise avaient fini de bloquer le système éducatif.

Tenant compte des facteurs de blocage qui empêchent le Sénégal d’avoir un espace scolaire de qualité et durablement pacifié, le président de la République, Macky Sall, a engagé l’ensemble des acteurs du privé et du public à mettre en œuvre une politique sectorielle, fondée sur des bases nouvelles, consensuelles bâties à travers un processus inclusif de concertation sur l’ensemble du territoire national. Il s’agit des Assises de l’éducation, prévues les 28, 29 et 30 août prochains. 

Lors de ces concertations, des recommandations et propositions provisoires, contenues dans le rapport provisoire des Assises, seront soumises aux participants pour amendement.

En effet, des commissions thématiques consolidées par les fora ont émis, entre autres recommandations,  le Code de déontologie des enseignants, le Serment de l’enseignant(e) et le Document sur la stabilité de l’école. 
Selon le président du Comité de pilotage de ces Assises, ce Code de déontologie et le Serment de l’enseignant sont une préoccupation des Sénégalais.

«Ce sont les commissions qui ont recommandé un Code de déontologie, un Serment et un Pacte de stabilité», a déclaré Abdou Salam Sall. Celui-ci ajoute : «On s’est rendu compte qu’il fallait redéfinir qu’est-ce que c’est l’enseignant ? Quelle est sa responsabilité dans cette nouvelle société ?

Quelles sont ses exigences pour que de façon pédagogique nous autres enseignants nous nous rappelons que nous avons entre nos mains ce que le Sénégal a de plus précieux ?»

Concernant le Serment de l’enseignant, Abdou Salam Sall avoue : «Le serment au fond ne vient pas de nous-mêmes, c’était quelque chose qui était dans le système et qu’on trouvait très pertinent et qu’on a récupéré pour l’endosser.» 

La cérémonie d’ouverture des Assises sera présidée par le président de la République Macky Sall. 350 délégués du gouvernement, de la Présidence, du Cese, du Parlement, des élus locaux, des partenaires techniques et financiers, du patronat, des organisations syndicales, des parents d’élèves, des élèves, de la société civile, de personnes ressources, des régions, des commissions thématiques, des universités, du Cnp, du Cas et du Co des assises, sont attendus. 

  • Écrit par  Khady SONKO et Oury CISSE

ksonko@lequotidien.sn 
Stagiaire

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*