Tariq Ramadan : qu’est-il reproché à l’islamologue ?

Swiss Islamologist Tariq Ramadan takes part in a conference on the theme "Live together", on March 26, 2016 in Bordeaux. / AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH

ÉCLAIRAGE – L’islamologue suisse a été placé en garde à vue, dans la matinée du mercredi 31 janvier. Deux femmes l’accusent de viol, dans le sillage des révélations de l’affaire Harvey Weinstein.

Tariq Ramadan a été placé en garde à vue, dans la matinée du mercredi 31 janvier. L’islamologue controversé est accusé par deux femmes de viol. Selon une source judiciaire, le petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne islamiste des Frères musulmans était convoqué par les enquêteurs de la police judiciaire parisienne, “dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte à Paris des chefs de viols et violences volontaires”. Malgré les accusations portées à son encontre, le Suisse nie les faits depuis le début de l’affaire.

La première femme à l’avoir mis en cause s’appelle Henda Ayari. Elle avait porté ses accusations en nommant l’islamologue sur son compte Facebook. Elle accuse Tariq Ramadan de l’avoir violée en 2012, dans un hôtel parisien. En 2016, elle avait déjà évoqué les faits dans un livre, sans toutefois révéler le nom de l’auteur présumé. En riposte, le théologien avait versé des pièces au dossier pour tenter de discréditer cette ancienne salafiste de 41 ans, devenue militante féministe.

 Parmi ces documents, des conversations tenues sur Facebook pendant lesquelles une femme se présentant comme Henda Ayari fait des avances à Tariq Ramadan, qui n’y donne pas suite. Des échanges qui remonteraient à 2014, soit deux ans après les faits dénoncés. “Ce n’était pas une relation mais une emprise sectaire”, ont dénoncé les avocats de Henda Ayari, affirmant que leur cliente était restée en contact avec le théologien jusqu’à mi-2013.
rtl.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*