Tchad : la France demande à Idriss Déby Itno de fixer « prochainement » le calendrier des législatives

Après la table-ronde des donateurs pour le Tchad, qui s’est terminée le 8 septembre à Paris et a permis au Tchad de récolter 20 milliards de dollars de promesses de financent auprès des bailleurs internationaux, la France « espère » que le président Idriss Deby Itno fixe « prochainement » un calendrier pour les élections législatives.

« Les élections législatives sont un moment important dans la vie démocratique. Nous espérons à cet égard que les autorités tchadiennes, dont c’est la responsabilité exclusive, seront en mesure d’annoncer prochainement un calendrier », a déclaré à Jeune Afrique jeudi 12 septembre, Agnès Romatet-Espagne, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Les législatives avaient été repoussées sine die en février dernier par le président Idriss Déby Itno. « Quand je dis que nous ne pouvons pas faire des législatives, c’est par manque des moyens. En période de vache maigre, on ne peut rien faire. Quand nous aurons des ressources, on pourra organiser des élections législatives » avait alors argué le chef de l’État, au pouvoir depuis 1990 et réélu pour un cinquième mandat en avril 2016 à l’issue d’un scrutin contesté par l’opposition.

Une annonce qui a provoqué la colère d’une opposition partagée sur la stratégie à adopter face au report.

Soutien affiché de la France

La direction de la communication du ministère français des Affaires étrangères insiste cependant : Paris salue le succès de la table-ronde des donateurs pour le Tchad qui s’est tenue du 6 au 8 septembre à Paris. « Elle a été l’occasion d’exprimer un soutien déterminé des partenaires internationaux à l’engagement du Tchad pour la paix et la sécurité régionale et l’accueil des réfugiés, dans un contexte économique difficile »; a ajouté Agnès Romatet-Espagne.

La France entretient avec le Tchad une « coopération dense et diversifiée » et « prend toute sa part dans cet effort ». Les services du Quai d’Orsay soulignent que le Premier ministre français, Édouard Philippe, a annoncé une contribution de 223 millions d’euros en soutien au plan national de développement du Tchad, pour la période 2017-2021.

« Il a également exprimé notre intention de soutenir le Tchad dans sa volonté de mener les réformes structurelles nécessaires pour assurer un développement durable et inclusif au bénéfice de la population », insiste la porte-parole de la diplomatie française.

Il est plus nécessaire de fixer un calendrier pour les législatives, dans les plus brefs délais

L’opposition tchadienne, emmenée par l’ancien ministre et désormais député Saleh Kebzabo, avait contesté la réélection d’Idriss Déby pour un cinquième mandat, en avril dernier, avec près de 60% (59,92%). Considéré comme le chef de file de l’opposition au président Deby, et candidat de l’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR) à la présidentielle du 10 avril Saleh Kebzabo affirme être – sur la question du calendrier électoral – dans la même logique que la France. « Il est plus nécessaire de fixer un calendrier pour les législatives, dans les plus brefs délais. Le fichier électoral, qui est l’élément le plus important, existe déjà. Il ne sera dons pas long d’organiser les élections si le président Deby y met toute sa volonté », estime Saleh Kebzabo joint par Jeune Afrique.

Le président de l’UNDR juge que les élections législatives pourraient avoir lieu d’ici huit ou neuf mois. « Il faut revoir quelques modalités pour mettre en place un code électorale juste et sincère. Mais c’est triste et honteux que la demande pour la mise en place du calendrier des législatives vienne d’un pays étranger », s’indigne le député.

Il demande par ailleurs au président Idriss Deby Itno d’accepter la mise en place d’équipes d’identifications des électeurs dans tous les bureaux de vote. « C’est la seule condition sine qua non pour éviter les fraudes électorales. Si toutes ces conditions sont remplies, il est possible d’organiser les législatives avant la fin de l’année prochaine [2018] », conclut le parlementaire.

Auteur: Jeuneafrique – Webnews

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*