TEMPS DE CAREME «IL FAUT ACCULTURER LA MUSIQUE SACREE», DIT PAPE FRANÇOIS V

Le Pape François veut éviter toute dissonance dans une optique interdisciplinaire et œcuménique, entre la musique sacrée et la culture contemporaine, entre le répertoire musical adopté et utilisé par la communauté chrétienne et les tendances musicales prédominantes. Il l’a fait savoir, samedi dernier, aux participants du Congrès international sur la musique sacrée. 

Conscient et convaincu de la place et du rôle de la musique sacrée dans la communion de l’homme avec Dieu le Pape François a rappelé que l’Église a une double mission en matière de musique sacrée.
Ce, d’une part en «sauvegardant et en valorisant le riche et multiforme patrimoine hérité du passé» et, d’autre part, «en l’acculturant dans les langages artistiques et musicaux».
C’est ce qu’a fait savoir samedi dernier le Pape François aux participants du Congrès international sur la musique sacrée, qu’il a reçus en audience au Vatican.
 
Cinquante ans après la publication de l’instruction Musicam sacram, cette conférence, organisée par le Conseil pontifical pour la culture et par la Congrégation pour l’Éducation catholique, en collaboration avec l’Institut pontifical de musique sacrée et l’Institut pontifical liturgique de l’Athénée Saint-Anselme, a pour but d’approfondir, dans une optique interdisciplinaire et œcuménique, le rapport actuel entre la musique sacrée et la culture contemporaine, entre le répertoire musical adopté et utilisé par la communauté chrétienne et les tendances musicales prédominantes.
 
L’actuel souverain du Vatican d’estimer que la musique sacrée doit «incarner et traduire la Parole de Dieu en chants, en sons, en harmonies qui fassent vibrer le cœur de nos contemporains, créant même un climat émotif qui dispose à la foi et suscite l’accueil et la pleine participation au mystère qui se célèbre».
 
Pour le successeur de Saint Pierre parce que «la musique est le plus court chemin vers la pleine participation à l’eucharistie, la réflexion et l’engagement pastoral concernant la musique sacrée doivent tendre vers une meilleure connaissance afin d’entrer profondément dans le Mystère de Dieu, de le contempler, de l’adorer et d’accueillir», a-t-il soutenu.
 
Toutefois, le Pape a admis qu’à la suite du Concile Vatican II, «la rencontre avec la modernité et l’introduction des langues parlées dans la Liturgie a créé pas mal de problèmes de langage, de forme et de genres musicaux. Parfois, une certaine médiocrité, superficialité et banalité a prévalu, au détriment de la beauté et de l’intensité des célébrations liturgiques».
Dès lors, recommande-t-il, «pour renouveler l’offre musicale et l’améliorer, il faut donc bien former musicalement les futurs prêtres dans le dialogue avec les courants musicaux de notre temps et avec les instances des diverses aires culturelles, et ce, de manière œcuménique», explique le souverain pontif.

Jean Pierre MALOU

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*