Togo : l’ancien ministre Pascal Bodjona sort de prison

Pascal-BodjonaAprès plus de 18 mois passés à la prison civile de Tsévié, l’ancien ministre de l’Administration territoriale, Pascal Akoussoulèlou Bodjona a recouvré samedi la liberté. Une libération qui semblait impossible du fait que ses multiples demandes de remise en liberté avaient tout le temps été rejetées. Sauf que la dernière a été acceptée.

A la suite du rejet de son dernier appel par la Cour d’appel mercredi dernier, plusieurs voix ont estimé que la libération de Pascal Bodjona ne pourrait intervenir qu’à la suite d’une décision extrajudiciaire.

Selon les informations, des tractations politiques ont été intenses ces dernières 24h. On parle des interventions tous azimuts qui ont eu lieu à Lomé à Pya et même hors du pays.

A sa sortie de prison, Pascal Bodjona a exprimé sa reconnaissance à toute la population togolaise et à tous ceux qui ont prié pour sa libération.

«Mes remerciements vont aussi à tous les leaders politiques, à toutes les confessions religieuses, à tous les Togolais illustres et inconnus. Bref à nos concitoyens du nord au sud, de l’ouest à l’est qui m’ont porté dans leur prière, à vous tous qui avez bravé les peurs et les menaces pour faire le déplacement sur Tsévié pour me soutenir. Si j’avais des mots plus appropriés que merci, je les aurais utilisés à l’endroit de tous. Contentez-vous seulement du mot merci, et rendons grâce à Dieu parce que Bodjona est parmi vous sain et sauf, je sens d’une solide santé», a-t-il déclaré.

Même si rien n’est encore sûr quant à une intervention du président togolais, Faure Gnassingbé, qui n’a rien à voir avec les procédures judiciaires, beaucoup estiment qu’il a été touché par tous les appels en faveur de la libération de Pascal Bodjona.

Pascal Bodjona est écroué depuis 18 mois dans une affaire d’escroquerie pour laquelle il est cité comme témoin. Une autre procédure entamée le traite de complice. L’homme a de nouveau clamé son innocence.

« Je mets tout le monde à défi de m’apporter un élément quelconque qui puisse me convaincre que cette affaire demeure une affaire judicaire. Et je suis là et je suis serein, je ne porte aucune accusation contre qui que ce soit, mais j’estime et c’est l’occasion de dire bravo à certains de nos magistrats qui sont décidés à dire le droit avec courage en allant vers la reconnaissance de leur serment », a-t-il affirmé.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*