Togo / Port autonome de Lomé: 170 milliards FCFA volatilisés, une dizaine de douaniers aux arrêts

port_lomeLorsque des autorités refusent délibérément la transparence dans les comptes de l’Etat et usent et abusent du silence de la majorité, une justice immanente finit par se mettre à l’œuvre pour les dénuder et exposer leur amateurisme. Le 4 juillet 2014 fera date dans les annales du Port autonome de Lomé (PAL), car c’est ce jour que le SRI a mis aux arrêts une dizaine de douaniers, en attendant de retrouver leurs collègues ayant fui sous d’autres cieux. La raison, il vient d’être découvert le vol d’un montant cumulé de 170 milliards de FCFA des comptes du PAL.

« Je me suis toujours demandé quel genre de douanier est ma collègue ou de quelle autre source de revenus elle dispose, mais avec cette affaire qui ébranle notre secteur, je comprends beaucoup de choses », tels sont là les propos qu’un douanier a laissés échapper peu de temps après les arrestations qui se sont produites au sein du corps des douaniers.

Le 4 juillet dernier, une rafle a été menée dans le corps des douaniers, ceux-là qui ont souvent été décrits comme étant ceux qui volent. Ces arrestations font suite à la destruction de disques durs de serveurs pour faire disparaître des preuves compromettantes sur des soupçons de détournements. Mais malgré cet acte, des auditeurs et autres enquêteurs ont pu remonter la piste les ayant conduits à la découverte du gouffre abyssal dans les comptes du PAL sur plusieurs exercices: plus de 170 milliards de fonds disparus. Très vite, une dizaine d’agents des douanes dont des inspecteurs au train de vie sultanesque ont été mis aux arrêts et gardés dans les locaux du SRI. A en croire nos sources, ces arrestations auraient pu être plus conséquentes si les autres membres du vaste réseau qui opérait, n’avaient pas pris la clé des champs.

Le PAL, de par sa situation et ses activités, devrait générer des ressources beaucoup plus conséquentes que les 332 milliards dont ses responsables se glorifient d’avoir réalisés au niveau de la douane du PAL. Mais la gestion clanique installée, a toujours permis aux tenants de l’ordre actuel de «tirer leur épingle du jeu », surtout avec un « cumulard » au poste de Directeur général, le Contre-amiral Fogan Adégnon. Comment cet homme qui a à sa charge la gestion de la mairie de Lomé qu’il a du mal à contrôler – il suffit d’apprécier l’état de saleté des voies nouvellement refaites et le manque criard d’agents chargés de leur maintenance pour s’en convaincre-, peut-il mettre en œuvre son expertise, si expertise il en a, pour suivre les mouvements de fonds de cette régie financière ?

Même l’Office togolais des recettes (OTR) lancé il y a peu de temps est loin de satisfaire les attentes de tous ceux qui pensent que les régies financières peuvent être gérées autrement. Nous avions relevé il y a quelques jours que le Commissaire général, Henri Gaperi rassurerait les sceptiques quant à ses capacités à assainir les secteurs des Douanes et des Impôts en commanditant des audits avant sa prise de fonction. Aujourd’hui, ce détournement grandeur nature opéré à la douane du Port vient confirmer nos appréhensions.

Et selon des sources bien renseignées, ce n’est que la partie visible de l’iceberg car, nous a-t-on juré, des contrôles par des inspecteurs tant à la Douane qu’aux Impôts révéleraient ce que certains qualifient de « caverne d’Ali Baba » où des fonds sont régulièrement ponctionnés à des fins politiques, parlant de ces deux régies. Lorsqu’on analyse le train de vie de certains douaniers et inspecteurs de douanes, on a du mal à réaliser que ce soit exclusivement avec leur paye de fin de mois qu’ils font autant de réalisations: demeures multiples, véhicules de diverses gammes, facilité à donner sans compter et autres faits qui trahissent l’existence de sources parallèles de revenus. Mais les autorités vont-elles saisir cette occasion pour édifier le peuple ou assisterons-nous, comme c’est souvent le cas au stoïcisme malsain de celles-ci qui ont pris l’habitude de ne plus s’expliquer devant le peuple ou ses représentants ?

Avec Abbé Faria

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*