TOUBA – Idy au Président, qui assimile ses paroles à de la «poussière » : «Si (Macky) avait travaillé, personne ne s’intéresserait à ce que je dis»

idrissa seck serigne bass abdou khadre ToubaMacky Sall ne veut pas que ses hommes répondent aux «paroles» qui ne sont que de la «poussière» pour lui. Mais  Idrissa Seck voit dans cette sortie du Président à Diamniadio une attention à ces sorties. A Touba où il était lundi, le leader de Rewmi revient à la charge :

«Je suis vraiment peiné qu’à chaque fois que je parle de ce que les Sénégalais veulent que les gens considèrent que c’est une attaque contre le Président.

S’il avait travaillé, s’il avait fait ce qu’il avait promis, personne ne s’intéresserait à ce que je dis. Ce que je dis a le retentissement qu’il a parce que çà fait écho à ce que le peuple ressent. Les Sénégalais, de toutes les façons, vivent ce qu’ils vivent et ils sont juges de la véracité de mes propos. C’est la seule chose qui m’intéresse.»

Statut spécial : «Ce que le marabout veut, il faut qu’il l’obtienne»

Interpellé sur le statut spécial de Touba, l’ancien Premier ministre s’est dit «surpris» par la gestion «confuse et hésitante» de cette question par le chef de l’Etat. Pour lui, c’est ce dernier qui, «à deux reprises s’est formellement engagé» à accorder à Touba un statut spécial.

Face à cette situation qu’il trouve «inacceptable», l’ancien Premier ministre estime que Macky Sall doit «s’organise pour que la volonté du khalife général des mourides s’exerce». Idrissa Seck a lui une position tranchée sur la question. 

«Ce statut spécial, il est de fait. Le pouvoir colonial ne l’a pas remis en cause. Et de Senghor à Wade, personne n’a songé à remettre cela en cause. Est-ce que vous imaginez un pouvoir politique venir remettre en cause la parole du khalife général des mourides à Touba.  Ce n’est pas pensable. Donc, c’est de la négligence de n’avoir pas pris les dispositions idoines pour que cet état de fait se conforme à la loi. Ce que le marabout veut, il faut qu’il l’obtienne», a-t-il dit, ajoutant qu’il attend la position du Président.

  • Écrit par  Boucar Aliou DIALLO

badiallo@lequotidien.sn
Correspondant

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*