Touchons du bois ! (Par Madiambal DIAGNE)

Le Dr Bakary Sambe de Timbuktu institute a révélé sur les ondes de la radio Futurs médias que plus de 4 500 attentats terroristes ont été commis dans 44 pays africains. C’est dire que rares sont les pays du continent qui sont encore épargnés et force est de dire qu’il n’est pas besoin de jouer aux oiseaux de mauvais augure pour dire que les pays encore rescapés ne le seront pas éternellement. Aussi, dans un tel contexte, la singularité constitue même un danger.

Le fait d’arriver à être épargnés semble exposer davantage ces pays au feu des terroristes qui s’inscrivent dans une logique de faire sauter tous les codes, tous les interdits, tous les barrages à leurs funestes actions. Touchons du bois ! Le Sénégal est jusqu’ici épargné, mais le restera-t-il pour combien de temps encore ? On ne voit pas ce qui pourrait garantir l’invulnérabilité du Sénégal aux actions terroristes.

L’actualité de ces derniers jours montre que notre pays est bel et bien dans le viseur des terroristes. De nombreuses tentatives ont été éventées ou tuées dans l’œuf. Nous devons nous féliciter de notre baraka, mais aussi de la vigilance et de l’efficacité dont les services de sécurité ont fait preuve. Les services de renseignements nationaux ont su travailler avec intelligence avec leurs homologues étrangers pour pouvoir détecter les menaces et intervenir à bon escient.

Cette coopération porte ses fruits au point que nous pouvons retenir que l’alerte lancée par les services secrets américains a permis d’arrêter un présumé terroriste, Ag Mohamed Al Fait Mohamed, dont le nom figure sur la liste de trois personnes qui prépareraient des attaques terroristes sur le sol sénégalais.

Cette arrestation devra faire taire toutes les personnes qui prenaient l’alerte lancée la semaine dernière par l’ambassade américaine à Dakar comme un «alarmisme» de mauvais aloi. Nous devons en effet comprendre que le Sénégal est exposé au même titre que tous les autres pays du monde qui sont régulièrement frappés par des actions terroristes. Il y a eu quelques projets d’attaques contrecarrés par des interventions opportunes des services de police ou de gendarmerie.

Les autorités sénégalaises ont souvent agi en amont pour endiguer des actions envisagées. De nombreuses arrestations ont été opérées, sans grand tapage médiatique, afin d’éviter non seulement d’affoler les populations, mais aussi de susciter un sentiment de vindicte que pourraient nourrir des groupes terroristes.

C’est là où la confiance doit être accordée aux autorités en charge de cette question. En effet, il avait été enregistré des sorties dans les médias pour dénoncer des coups de filet dans des milieux que tout accuse comme ayant des accointances avec des réseaux terroristes.

D’aucuns ont voulu jouer sur des fibres confessionnelles ou ethniques ou régionalistes pour s’offusquer de certaines arrestations, sans même savoir ce que la justice reprocherait aux personnes mises en cause et arrêtées. Il n’est pas question ici de donner une licence aux forces de sécurité pour arrêter à tous vents des personnes sous le prétexte de terrorisme, mais on devrait accorder une présomption de bonne foi aux forces de sécurité pour avoir agi en toute connaissance de cause et en bons professionnels.

De toute façon, on peut toujours se demander ce qu’il en serait si le Sénégal n’avait pas anticipé pour arrêter des personnes potentiellement dangereuses et qui constituaient de réelles menaces pour notre sécurité. Il y a lieu donc d’encourager les forces de sécurité à tenir bon et à rester bon pied bon œil.

Le Sénégal a pris sa part de responsabilité dans la lutte contre le terrorisme. Une solidarité agissante a été exprimée à tous les Peuples victimes du terrorisme et le Sénégal participe à tous les efforts collectifs pour juguler ce fléau des temps modernes.

Le gouvernement semble bien prendre la mesure de la situation en affectant des crédits supplémentaires, assez importants pour assurer la surveillance des frontières, notamment terrestres qui sont réputées pour être très poreuses. Aussi, la collaboration avec les pays limitrophes dans ce combat commun de juguler tous les foyers de terrorisme dans la sous-région se déroule bien.

De même, la collaboration de la population doit aussi être assurée. Des réflexes de prudence doivent être développés auprès des habitants de tous les quartiers et de tous les hameaux et que les services de sécurité doivent demeurer en alerte pour pouvoir intervenir efficacement.

Il est important que chaque personne fasse de la lutte contre le terrorisme un devoir. On a pu observer à maintes reprises des situations où les personnes refusent, avec beaucoup d’agacement parfois, de se soumettre aux fouilles et autres mesures de vérification exercées par les forces de sécurité.

Le terroriste n’a pas un faciès reconnaissable, il est comme Monsieur tout le monde et c’est ce qui lui permet de réaliser ses forfaits. Aussi, tout un chacun est susceptible d’être directement ou indirectement victime d’une attaque terroriste et le Sénégal souffrirait beaucoup, si par malheur il entrait dans la longue liste des pays frappés par le terrorisme.

Tout le monde a pu mesurer l’impact négatif que des actions terroristes ont fait sur les économies et la quiétude sociale dans des pays comme le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria, la Côte d’Ivoire ou la Tunisie. Les Sénégalais doivent se faire à l’idée que de tels malheurs n’arrivent pas qu’aux autres.

Nous alertions dans une chronique en date du 9 novembre 2015 intitulée «Mon voisin est Jihadiste !». Depuis lors, de nombreuses arrestations ont été opérées et les autorités sénégalaises ont eu à se féliciter de l’efficacité des actions entreprises dans le cadre de ces coups de filet dans les milieux jihadistes. Peut-être que les dizaines de présumés jihadistes alpagués auraient pu être des bombes humaines qui auraient déjà assassiné des centaines de paisibles et honnêtes personnes.

Par Madiambal DIAGNE
mdiagne@lequotidien.sn
lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*