Trafic de bois et équipement militaire : Macky blinde l’armée

macky_et_etat_majorLa coupe illégale de bois dans le Sud du Sénégal, qui a pris une ampleur extraordinaire, interpelle le chef de l’Etat qui a décidé d’aller en guerre contre les trafiquants. Cela passe aussi par le renforcement des moyens militaires et humains de l’Armée afin de doter du Sénégal d’un «outil de défense dissuasif».

Haïdar El Aly, qui se sentait désarmé face à l’intensité du trafic de bois, dispose d’un soutien taille. Le «haro sur la coupe illégale de bois» caractérisait la plupart des discours de certains responsables mais la sortie hier du chef de l’Etat, qui demande que l’Armée intervienne davantage pour arrêter la coupe illégale de bois, montre l’étendue de l’ampleur de cette affaire. «Le mal est profond sur la nature : dévastation de l’environnement marin, pollution et surtout déforestation. L’on assiste, aujourd’hui, à un véritable désastre sur nos forêts, surtout dans la partie Centre-Est et Sud. En effet, nos ressources forestières font l’objet d’un trafic par de véritables organisations criminelles»,  déplore le chef de l’Etat devant les autorités militaires et paramilitaires lors de la Journée des Forces armées célébrée hier dont le thème est La contribution des forces armées sénégalaises dans la protection de l’environnement.

Lutte contre le trafic de bois
Depuis des années, les défenseurs de la nature dénoncent l’ampleur du trafic parrainé, selon certains, par la Gambie. Le Président Sall a «décidé plus que jamais de mettre un terme à cette catastrophe à la fois écologique et économique» en invitant les Forces armées, de concert avec les forces paramilitaires, l’Administration territoriale, les élus, les associations villageoises et l’ensemble des populations à participer activement à la protection de l’environnement dont la dégradation porte préjudice à la santé et met en péril la sécurité des populations.
La répression de ce trafic, entretenu par des organisations criminelles soutenues par certains Etats, ne sera possible que si les Forces de défense et de sécurité disposent d’un arsenal capable de neutraliser ces délinquants. Elles peuvent compter sur Macky Sall qui a encore réaffirmé sa volonté de poursuivre le plan d’équipement et d’amélioration des conditions de vie des militaires. «Je réaffirme ma volonté de poursuivre le plan d’équipement tout comme les efforts d’amélioration des conditions d’existence du personnel, surtout à l’endroit des sous-officiers et militaires de rang», insiste-t-il en soutenant que le Sénégal «doit disposer d’un outil de défense qui dissuade et assure la protection de la population, l’intégrité du territoire à la permanence des institutions de la République».

bsakho@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*