[Tribune] Sahara occidental : Washington tape du poing sur la table

Par Khadija Mohsen Finan

Politologue, spécialiste du Maghreb

L’administration américaine ne veut plus se contenter de « gérer » la crise sur le Sahara occidental. Elle affiche ainsi deux priorités : secouer la Minurso et trouver une solution au conflit.

Dans son dernier rapport, publié en avril, le Conseil de sécurité des Nations unies insiste sur la nécessité pour le Maroc et le Front Polisario de rechercher une solution « réaliste, pragmatique et durable ». Le règlement du conflit, confié à l’instance au début des années 1990, prévoyait l’organisation d’une consultation référendaire en 1992. Elle n’a jamais eu lieu.

La situation est aujourd’hui gelée, et les positions des deux parties semblent inconciliables : autodétermination pour le Front Polisario, qui accepte toutefois de discuter l’autonomie d’un Sahara sous souveraineté marocaine ; plan d’autonomie, pas plus, pour Rabat.

L’impasse donne de l’ONU l’image d’une institution impuissante, à peine capable de renouveler le mandat annuel de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso). À cela près qu’António Guterres, secrétaire de l’onu.

jeuneafrique.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*