Trump envisage désormais de simplement « amender » l’Obamacare

epa05625798 US President Barack Obama (R) shakes hands with President-elect Donald Trump (L) at the end of their meeting in the Oval Office of the White House in Washington, DC, USA, 10 November 2016. President-elect Donald Trump and future First Lady Melania Trump are meeting with President Obama and First Lady Michelle Obama at the White House and are expected to discuss efforts toward a smooth transition of power. EPA/MICHAEL REYNOLDS

epa05625798 US President Barack Obama (R) shakes hands with President-elect Donald Trump (L) at the end of their meeting in the Oval Office of the White House in Washington, DC, USA, 10 November 2016. President-elect Donald Trump and future First Lady Melania Trump are meeting with President Obama and First Lady Michelle Obama at the White House and are expected to discuss efforts toward a smooth transition of power. EPA/MICHAEL REYNOLDS

Le président élu Donald Trump, qui avait promis pendant la campagne d’abroger purement et simplement la réforme de l’assurance-maladie Obamacare, a indiqué vendredi pour la première fois qu’il envisageait d’en conserver certaines dispositions. « Obamacare sera soit amendée, soit abrogée, soit remplacée », a assuré le dirigeant populiste dans un entretien au Wall Street Journal.

Le nouveau président américain songe notamment à conserver deux aspects de l’Affordable Care Act, la réforme phare du président Obama: l’interdiction faite aux assureurs de refuser un patient en raison de son état de santé et la possibilité pour des parents de faire bénéficier plus longtemps leurs enfants de leur couverture santé. « J’aime beaucoup » ces deux dispositions, a-t-il dit au quotidien économique.

« Horrible chose »
Pendant la campagne, le magnat de l’immobilier avait pourtant tiré à boulets rouges sur cette réforme votée en 2010, assurant qu’elle était une « horrible chose » et lui promettant une mort certaine s’il accédait à la Maison Blanche. Dans l’entretien, M. Trump a expliqué avoir infléchi sa position après sa rencontre jeudi à la Maison Blanche avec le président Obama, qui lui aurait suggéré de conserver ces dispositions.

Bête noire des républicains
« Je lui ai dit que j’allais étudier ses suggestions, et par respect, je le ferai », a-t-il assuré. Bête noire des républicains, la réforme Obamacare vise à réduire le nombre d’Américains dépourvus de couverture-santé notamment en instituant un système de polices d’assurance subventionnées par l’Etat.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*