Tuerie en Floride. 17 personnes de moins à tuer cette année

La toute récente tuerie dans un lycée en Floride a relancé une fois de plus le débat sur la réglementation des armes à feu aux États-Unis. Et pendant que Donald Trump, farouche défenseur du port d’armes, esquive à nouveau cette épineuse question, les statistiques ont de quoi donner la chair de poule…

L’année ne fait que commencer, mais la fusillade survenue mercredi dans un lycée de Floride était déjà la 18e dans une école américaine depuis son début. Pendant que les Américains débattent du port d’armes, le triste bilan ne cesse de grimper et quelques chiffres suffisent pour réaliser l’ampleur du désastre. Sputnik revient sur ces statistiques macabres.

Il n’y a pas de statistiques officielles concernant les ventes d’armes aux États-Unis, mais selon les estimations citées par le site Vox, on en dénombrait 357 millions en 2013, soit plus que le nombre d’habitants… Le seul pays qui approche les États-Unis en la matière, loin, loin derrière est le Yémen. On y compte 54,8 armes à feu pour 100 habitants. Qui plus est, le nombre d’armes circulant sur le territoire américain augmente trois fois plus rapidement que la population du pays, affirme Vox.

Le site GunviolenceArchive.org qui suit de près la violence liée aux armes aux États-Unis évoque des statistiques plus récentes. Rien qu’au cours des 46 jours qui se sont écoulés depuis le début de l’année 2018, le portail a décompté 1.859 morts et 3.213 blessés dans 6.738 fusillades. Parmi eux, figurent 388 enfants et adolescents, précise le site. Autrement dit, tous les jours, au moins 40 personnes meurent en moyenne aux États-Unis du fait des armes à feu, soit deux personnes par heure. À titre de comparaison, 15.590 personnes ont été tuées par balle en 2017, un chiffre qui ne cesse d’augmenter depuis quatre ans.

Il faut dire que le débat qui fait rage autour du problème ne date pas d’hier. Le port d’armes aux États-Unis est autorisé par le deuxième amendement de la Constitution adopté au XVIIIe siècle. À l’heure actuelle, les Américains ont le droit de posséder des armes à canon court et long, lisse et rayé, ainsi que des armes semi-automatiques.

Depuis l’arrivée de Donald Trump au pouvoir l’année dernière, les États-Unis ont connu trois tueries particulièrement meurtrières: la fusillade de Las Vegas en octobre dernier, la plus meurtrière de l’histoire récente avec 59 morts et 526 blessés, celle dans une église au Texas survenue un mois plus tard et qui a fait 26 morts et 20 blessés, et finalement la tuerie en Floride survenue cette semaine. Mercredi, un jeune homme de 19 ans armé d’un fusil d’assaut a fait 17 victimes après s’être introduit dans un lycée du sud-est de l’État.

Donald Trump, qui s’est toujours présenté en fervent défenseur du deuxième amendement de la Constitution américaine, évite à chaque fois le sujet de l’accès aux armes, dénonçant régulièrement la santé mentale des assaillants.

«La santé mentale est le problème ici (…) Ce n’est pas une question liée aux armes», déclarait-il en réaction à la fusillade au Texas. Cette fois encore n’a pas fait exception: sur Twitter le chef d’État américain a qualifié l’auteur de la tuerie de «déséquilibré mental», esquivant la question du port d’armes.
Le shérif local Matt Bevin a lui aussi fait preuve d’impuissance, accusant les jeux vidéo d’attiser les violences.

Source

In the Spotlight

Six indices économiques annonçant la récession

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Par Robert Bibeau. Le PIB par habitant aux États-Unis La tendance générale de l’économie capitaliste est à la baisse du taux moyen de profit, qui s’exprime notamment par une tendance à la baisse du taux de [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*