Turquie : Scènes de violence et confusion en Turquie après le putsch militaire.

turquieLa loi martiale et un couvre-feu ont été déclarés. Les putschistes veulent «réinstaller l’ordre constitutionnel, la démocratie, les droits de l’homme et les libertés» dans le pays. Tous les partis politiques se sont opposés à la manoeuvre.

L’essentiel

• Vers 22h30, l’agence Reuters a annoncé que l’armée avait pris le pouvoir. Le Premier ministre turc, ­Binali Yildirim, avait bien confirmé vendredi peu avant 22 heures qu’une tentative de coup d’Etat était en cours, menée par une partie de l’armée mais promis que «rien ne pourra atteindre la démocratie» et appelé au calme déclarant que «les forces de sécurité font le nécessaire pour résoudre la situation.» Le président Erdogan a fini par confirmer le coup d’Etat.

• Une agence de presse turque a publié une déclaration des putchistes. Ils expliquent vouloir «réinstaller l’ordre constitutionnel, la démocratie, les droits de l’homme et les libertés, assurer que la loi règne à nouveau dans le pays». Ils précisent que «tous les accords internationaux et les engagements seront maintenus. Nous promettons que [nos] bonnes relations avec tous les pays du monde vont continuer».

• Le président Erdogan, accusé de dérive autoritaire et de jeu trouble avec l’Etat islamique, est apparu via Facetime à la télévision.

• Des témoins ont rapporté via Twitter que des tirs à l’arme automatique avaient été entendus dans la capitale, Ankara. A Istanbul, les ponts au-dessus du Bosphore ont été fermés et des avions de chasse survolaient la ville. Comme ce fut le cas lors de l’attentat à Istanbul le 28 juin, l’accès aux réseaux sociaux a été coupé quelques minutes.

La TRT, radio-télévision d’Etat, a été libérée vers 2h50 (1h50 en France) par les putschistes. La présentatrice qui a lu le communiqué raconte : «Ils étaient armés, ils sont venus sur le plateau et m’ont dit qu’ils faisaient tout cela pour le bien du peuple. Ils m’ont forcée à lire le communiqué, le fusil était dirigé vers moi».

01:59 «Contrôle».

Le Premier ministre déclare à son tour que la tentative de coup d’état est«largement sous contrôle». Il est par ailleurs interdit de voler au-dessus d’Ankara, déclare-t-il.

01:57 Se rendre ou pas.

Sur ces images , on peut voir un putschiste qui s’est rendu appeler ses camarades à laisser tomber leur coup d’état.

A 2h32, deux bombes ont explosé dans la salle de la plénière de la grande assemblée nationale. Cela n’a pas fait de mort mais quelques policiers et officiers du parlement ont été légèrement blessés. Des dégâts matériels sont à déplorer.

Les putschistes seraient dirigés par un procureur militaire, selon la chaine d’info CNNturk. Selon l’attaché de presse des services de renseignement, «le putsch est avorté, ils sont actuellement présents uniquement dans le bâtiment de l’état-major».

Les services de renseignement turc indiquent que la situation est en train de revenir à la normale. Dans le même temps, plusieurs personnes ont été abattues par les putschistes.

01:50 Appel au calme.

01:45 Bombe.Des explosions ont eu lieu au parlement turc à Ankara.

01:39 Armée américaine. Les militaires américains poursuivent leurs opérations aériennes contre le groupe Etat islamique depuis la base aérienne d’Incirlik en Turquie, malgré la tentative de putsch en cours dans le pays, indique un responsable de la défense américain.

01:19 Violences.

Selon l’agence gouvernementale turque, 17 policiers ont trouvé la mort cette nuit, après le putch de l’armée.

01:17 Erdogan : «Moi-même et le Premier ministre serons dans la rue»
Selon notre reporter…

La radio-tv officielle a complètement cessé toutes ses émissions. La plateforme le plus populaire, Digiturk, a également cessé d’émettre, tandis que les chaînes de télé gouvernementales diffusent les déclarations des ministres et des responsables du parti gouvernemental, appelant le peuple a «sauvegarder la démocratie et la volonté nationale». Erdogan a de son côté déclaré : «Moi-même et le Premier ministre serons dans la rue».

01:16 Déclaration.

Réaction de Kemal Kilicdaroglu, président du parti républicain du peuple, principale formation de l’opposition : la Turquie «a déjà trop souffert des coups d’état».

01:10 Casernes.

Selon notre reporter sur place, l’appel au peuple du président Erdogan a été en général bien suivi, en particulier à Ankara et Istanbul. Les foules commencent à remplir les places. Drapeaux turcs à la main, ils montent sur les chars et essaient de convaincre les militaires de rentrer dans leurs casernes.

01:08 Istanbul.

Notre reporter sur place nous envoie des précisions. A partir de minuit et demi, les putschistes semblent se retirer, affirme-t-il. Les tanks et véhicules militaires ont quitté l’entrée de l’aéroport international d’Istanbul. L’état major et le QG des services de renseignement (MIT) ainsi que quelque postes centraux de la police sont toujours (à 01h50 locale) sous le contrôle des putschistes.

01:07 Réaction.

L’ancien président turc Abdullah Gül s’est également exprimé via Facetime. Il a condamné le putch, disant que la Turquie n’était «pas un pays d’Amérique latine (ni) un pays africain» (ils apprécieront).

Afrique Monde : il a omis de préciser que ceux là même qui mettent le bordel en Afrique avec des marionettes présidents au service de leurs intérêts, sont les même qui font la pluie et le beau temps dans sa turquie. En plus, il ne veulent pas du tout vous voir dans l’Union Européenne ( Religion, moeurs , culture et autres handicapes qui ne plaident pas en votre faveur, sans oublier qu’ils savent que votre pays a beaucoup d’intellos ) vous n’êtes pas des mahorais , malgré leurs mosquées pour fainéants et leur nationalté Française, n’auront jamais le même niveau intellectuel qu’un turc ) Sachez Monsieur, que chaque chose a son temps. Le petit Sarkozy n’osera plus venir insulter les Africains comme il l’avait fait chez les beni oui oui de Dakar, sinon son avion sera brûlé sur le champ. il ne peut le refaire qu’à Dakar, en Centrafrique et chez Dramane Ouattara en Côte d’Ivoire.

01:03 Tirs Selon la télévision turque, des soldats ont tiré sur la foule à Istanbul, faisant des blessés. Notre reporter sur place en évoque au moins quatre. Des F-16 ont également abattu un hélicoptère des putchistes, toujours selon la télé turque.

00:51 Char.

Sur ces images, prises cette nuit en Turquie, on voit un char de l’armée coincé au milieu de la circulation.

Afrique Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*