Un couple arrêté avec 36 millions Fcfa et 140 blocs de 2kg de drogue

20 ans de travaux forcés, c’est la peine que risquent Diafara, son épouse et son ami. Ils ont été arrêtés en possession de 36 millions Fcfa et 140 blocs de 2kg de drogue.

Les mis en cause ont comparu, hier, à la barre de la chambre criminelle de Dakar pour les faits d’association de malfaiteurs, blanchiment de capitaux, trafic de drogue, détention illégale d’arme, etc. Ils connaîtront leur sort le 20 avril prochain.

Diafara et son épouse ont comparu, hier, à la barre de la chambre criminelle de Dakar pour répondre des faits d’association de malfaiteurs, trafic de drogue, blanchiment de capitaux, etc. S’agissant des faits, les éléments de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Octris) ont reçu un appel anonyme les informant de l’existence d’un vaste réseau de trafiquants chez le sieur Mouhamed.

Une surveillance permanente de sa maison a permis aux policiers de l’appréhender au moment où il conditionnait la drogue, avant de le soumettre au feu roulant des questions.

C’est ainsi qu’il a indiqué aux limiers que la drogue en question appartient à Diafara. Interpellé à son tour, le dernier nommé avait en possession la somme de 20 mille francs et 9 comprimés de drogue qui, selon lui, sont destinés à sa consommation personnelle.

Une perquisition de son domicile a permis aux enquêteurs de retrouver des ordinateurs, 140 blocs de 2 kg de drogue et la somme de 36 millions. Devant les enquêteurs, il a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Pour sa part, Fatima, son épouse, a nié toute implication dans cette affaire. Pourtant, c’est elle qui avait la clé de la chambre contenant le produit illicite. Une enquête approfondie a fini de révéler que la dame faisait bien partie du gang.

La preuve, elle investissait les sommes d’argent récoltées dans l’immobilier. Sur une question de savoir d’où provenait ladite drogue, Diafara soutient qu’elle venait du Mali. Accusé de faire partir du groupe, Mouhamed, chauffeur de son état, avait soutenu à l’enquête qu’un client l’avait appelé pour qu’il lui livre 2 kg de chanvre indien. « Je n’ai jamais tenu de tels propos », a-t-il dit hier à la barre.

« Quels sont vos liens avec Diafara ? », lui demande le juge. « C’est un ami avec qui j’habite le même quartier. Je ne connais rien de leurs activités », a dit le mis en cause. Invité à faire ses réquisitions dans cette affaire, le maître des poursuites est convaincu de la culpabilité des accusés.

« Dans leur langage code, il parlait d’ordinateur, de puce et de carte de mémoire. C’est un langage qui est décodé par les agents qui sont chevronnés.

En plus de la drogue, les policiers ont eu à retrouver des couteaux, une arme à feu. Et leurs dénégations devant la barre ne sont qu’un moyen pour se soustraire de leur responsabilité pénale », a dit le parquetier.

Donc, compte tenu de la gravité et des effets néfastes que peut causer la drogue, le maître des poursuites a sollicité de les condamner tous à 20 ans de travaux forcés. Un réquisitoire sévère, selon la défense.

Me Bamba Cissé, constitué pour Fatima, a déclaré : « on lui reproche la détention d’une clé qu’elle a niée. Le fait de parler d’ordinateurs ne relève pas du caractère pénal. Nous sommes ici dans le cadre du renvoi des fins de la poursuite. Pour le blanchiment, il faut qu’il y ait l’origine frauduleuse des fonds, et c’est au parquet de prouver si ces biens sont issus d’une activité illicite ou criminelle. Ce dossier me semble très léger ».

Me Ndao, chargé de défendre Mouhamed, a soutenu: « aucun des 3 éléments de l’article 96 du code des drogue n’a été articulé à son encontre. Je sollicite de le renvoyer des fins de la poursuite sans peines ni dépens ».

Quant à l’avocat de Diafara, il a déclaré que le parquet a pris pour argent comptant le procès-verbal d’enquête de la police qui, selon lui, ne doit être utilisé qu’à titre de simple renseignement. Toutefois, l’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 20 avril prochain.

Cheikh Moussa SARR

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*