Un génie en informatique pirate le système de la police

Après 8 mois de détention préventive, Souleymane, génie en informatique, a comparu, hier, à la barre du tribunal correctionnel de Dakar. Poursuivi pour accès et maintien frauduleux dans un système informatique, modification ou suppression de données à caractère informatique et collecte illicite de données à caractère personnel, il encourt 2 ans dont 6 mois de prison ferme. Accès et maintien frauduleux dans un système informatique, modification ou suppression de données à caractère informatique et collecte illicite de données à caractère personnel, tels sont les délits retenus contre Souleymane Fall. Programmeur informatique autodidacte de son état, il risque une peine de 2 ans dont 6 mois de prison ferme. Cependant, le mis en cause, présenté comme un génie en informatique qui gérait le système informatique de la gendarmerie, a nié les faits qui lui sont reprochés. Revenant sur le film des événements, il a rappelé avoir été invité, le 14 mai 2018, à la journée porte ouverte dénommée « Security Day », organisée conjointement par la Compagnie européenne d’intelligence stratégique, les éléments français du Sénégal (EFS) et Kubuk consulting. Ce jour-là, Souleymane Fall serait entré dans le système de la police avec son téléphone portable de marque « Samsung » où il a détecté des failles. C’était sans savoir qu’il venait de commettre un délit. Il a été arrêté sur le coup avant d’être présenté devant un tribunal pour jugement. A la barre du tribunal correctionnel de Dakar, il a déclaré : « je jouais avec les policiers qui étaient dans la salle. Ils m’avaient même applaudi quand j’ai éteint leur écran de télévision avec mon téléphone portable. Par ailleurs, lorsque j’ai su qu’ils ont eu un problème technique, je me suis approché de l’un des leurs pour lui demander si je pouvais l’aider et il m’a donné son feu vert. C’est ainsi que j’ai pris mon portable Samsung S6 pour rallumer la télévision de la salle qui n’a ni une mémoire, ni de données à l’intérieur. Tout le monde a apprécié mon acte, sauf le commissaire qui a ordonné mon arrestation ». Souleymane ajoute que cet acte a aussi été répété par l’Usaford. « Je suis un hacker qui donne des propositions alors que l’autre hacker créé un code et demande qu’on le paye ». Sur le délit de collecte des données illicites, ila soutenu n’avoir jamais eu accès à une quelconque banque et que l’ordinateur et les données qui étaient à l’intérieur ne lui appartenaient pas. Malgré ses déclarations, le maître des poursuites a indiqué que l’enquête préliminaire avait fini de révéler que le prévenu est un génie en informatique. Selon lui, le mis en cause a pénétré dans les données de la police alors qu’il n’avait aucune autorisation. C’est ainsi qu’il a requis à son encontre 2 ans dont 6 mois de prison ferme. Contrairement au parquetier, la défense estime que la preuve de la culpabilité de leur client n’a pas été apportée par le juge. « La télévision est un appareil électroménager. Pis, l’enquête ne parle pas de modification de mot de passe », dit Me Ousmane Thiam. Prenant la balle au rebond, Me Aboubacry Barro pense que son client devait être félicité, mais on l’a incarcéré durant 8 mois. Le tribunal a mis l’affaire en délibéré jusqu’au 12 février prochain. Pour finir, la défense a plaidé et obtenu la mise en liberté provisoire de son client. Cheikh Moussa SARR

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*