Un prétendu mollah afghan en fuite après diffusion de ses sex-tapes sur les réseaux sociaux

Un avis de recherche et une fatwa ont été lancés à l’encontre d’un prétendu mollah afghan qui profitait de la faiblesse de femmes venues se confier à lui pour les violer, des vidéos de ses crimes diffusés sur les réseaux sociaux ayant fait scandale.

Les premières vidéos, tournées en cachette par le « Mollah Rasool » sont apparues sur les réseaux sociaux afghans il y a trois semaines. L’une d’elles a été vue à plus de 20.000 reprises.

Originaire du village de Chinar, dans la province de Faryab (nord-ouest), l’homme avait filmé ses ébats dans le but de faire du chantage à ses victimes ou de les abuser à nouveau, a estimé le porte-parole du gouverneur provincial, Jawed Bidar.

« Ce n’est pas un véritable mollah. C’est plus un sorcier, un guérisseur, un escroc qui s’attaque à des femmes innocentes et illettrées dans des villages reculés », a-t-il souligné.

Il est courant en Afghanistan que des femmes viennent se confier au mollah local pour s’épancher sur des problèmes de couple ou de fertilité. Dans un Afghanistan polygame, si un couple ne parvient pas à avoir d’enfants, l’homme se tourne alors vers d’autres femmes.

Le Mollah Rasool est poursuivi pour « abus sexuel et viol », a indiqué mardi le porte-parole de la police provinciale, Karim Yourish. « Les services de renseignements et les forces de sécurité sont à sa recherche ».

Une forte récompense a été promise à toute personne donnant des informations permettant son arrestation. Le gouverneur de Faryab, Naqibullah Faiq, s’est ainsi engagé à offrir un véhicule lui appartenant d’une valeur de 10.000 dollars.

Le Conseil des Ulémas de Faryab a lancé une fatwa (avis religieux) à son encontre.

« C’est un sorcier qui a déshonoré les femmes de Faryab », a dit à l’AFP le vice-représentant du Conseil des Ulémas de Faryab, Mawlawi Ghulam Nabi Ghafori. « Si les autorités l’arrêtent et le punissent nous acceptons, si des gens le retrouvent, il sera lapidé ».

L’histoire pourrait avoir des conséquences tragiques pour les femmes filmées à visage découvert, qui pourraient être répudiées, voir assassinées par leurs maris ou leurs familles. « Nous prédisons qu’il y aura des crimes d’honneur », affirme le porte-parole Jawed Bidar.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*