UNE BATAILLE RANGEE EVITEE DE JUSTESSE AU QUARTIER LANSAR DE TIVAOUANE DIACK SAO Des militaires dispersent les populations par des tirs de sommation

Plus de peur que de mal hier dimanche, au quartier   Lansar de la Commune d’arrondissement de Tivaouane Diack Sao.  Une militaire_camp_thiaroyealtercation a failli se produire entre populations de cette localité et des militaires du camp de Thiaroye. Ces derniers ont été obligés de tirer des coups de sommation en l’air pour apeurer  les habitants de ce quartier. Ce, suite à une information détenue par les militaires comme quoi que les populations  auraient  détruit  une baraque qui serait dans leur domaine de cantonnement.

Selon nos sources, tout serait parti des populations qui seraient hostiles à l’installation de baraques  prés du mur de clôture et suspectés d’être des lieux de niches de malfrats. Les populations sont sorties spontanément en masse pour sommer les occupants de déguerpir les lieux. Les militaires mis au parfum de la présence des populations se sont pointés à leur tour pour les sommer de se disperser. Face au refus des populations qui voulaient engager des discussions avec les militaires, ces derniers munis de leurs fusils ont effectué des tirs de sommation. Ce qui a installé du coup la panique chez les habitants de quartier Lansar.

Le jeune Sarr, porte-parole des populations, a interpellé l’Etat. «  Nous sollicitons l’intervention de l’Etat car ce qui s’est  passé aujourd’hui est grave et nous ne voulons plus que ça se reproduise. On ne va pas accepter que des militaires tire sur des civils pour qu’on parle. Nous déplorons l’attitude des militaires du camp de Thiaroye qui ont tiré des coups de sommation ».

Fustigeant encore le comportement des militaires , Sarr  exprime sa déception sur les hommes de  la Grande muette qui pour lui doivent être au Service du peuple et non apeurer les gens. Selon ce jeune «  Il ya une occupation anarchique de certaines cantines de notre espace de vie. Nous avions écrit au Préfet, puis informer le maire de Tivaouane Diack sao mais ces autorités n’ont pas réagi”. Il fait observer que « depuis lors, l’insécurité bat son plein avec les agressions et les viols en plein jour. En lieu et place de nous aider, des militaires ayant de fausses informations sont venues tirer des coups de feu de sommation au lieu de nous aider. Nous le déplorons ». Du côté de l’armée aucune réaction n’a été enregistrée

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*