Venezuela – La solution à la crise : “acheter” les militaires ?

Pour cet expert américain, une transition démocratique pacifique pourrait passer par garantir aux haut gradés leurs énormes intérêts économiques, accumulés depuis vingt ans.

Ce n’est sans doute pas un hasard si, le 23 janvier dernier, le chef de file de l’opposition vénézuélienne Juan Guaidó s’est autoproclamé président légitime du pays. Pour lancer son défi au président Nicolás Maduro, il a choisi l’anniversaire d’un coup d’État militaire qui avait mis fin à une décennie de dictature et permis au Venezuela d’entrer dans une ère de démocratie et de progrès économique.

Dans les moments clés de l’histoire du pays, l’armée a toujours joué les faiseurs de rois. Outre le putsch de 1958, elle avait aidé à placer aux commandes un fervent défenseur de la démocratie vénézuélienne, Rómulo Betancourt, à la présidence en 1945, et a joué un rôle capital dans le retour au pouvoir d’Hugo Chávez, qui en avait été chassé par un coup d’État en 2002.

Un prix élevé

On comprend mieux pourquoi Guaidó en a donc appelé à l’armée en persuadant par exemple l’Assemblée nationale de voter une loi d’amnistie pour quiconque agirait “en faveur du rétablissement de la démocratie au Venezuela”. Le Venezuela n’est pas une exception.

Dans bien des pays, l’armée a joué un rôle de premier plan dans l’avènement de la démocratie. Certes, le prix à payer en cours de route est souvent élevé, imposant des distorsions économiques et institutionnelles à la démocratie, qui freine ensuite sa capacité à répondre aux aspirations de la majorité.

Dans des pays comme le Chili, l’Indonésie, la Birmanie et le Pakistan, pour convaincre des militaires puissants et indéboulonnables de céder le pouvoir, il a fallu non seulement leur garantir l’amnistie, mais aussi les laisser se tailler des fiefs économiques qu’ils gèrent de façon autonome, et leur accorder des profits directement, sans que le législatif ait son mot à dire.

regardsurlafrique.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*