VERS UN DENOUEMENT HEUREUX DE L’AFFAIRE DES 131 PELERINS LAISSES EN RADE A DAKAR CHOISIR LE REMBOURSEMENT OU L’INSCRIPTION POUR LE PELERINAGE 2016

Pelerins senegalais MecqueUne semaine après leur saisine officielle de l’agent judiciaire de l’Etat, le Commissariat général au pèlerinage aux lieux saints de l’Islam a fait deux propositions de sortie de crise aux 131 pèlerins laissés en rade au hangar de l’aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar.

Désormais ces derniers ont le choix entre le remboursement de leur argent et leur inscription d’office dans le quota des futurs pèlerins sénégalais à convoyer à La Mecque en 2016.

S’achemine-t-on vers un règlement à l’amiable de ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire des 131 pèlerins laissés en rade au hangar (des pèlerins) de l’aéroport Léopold Sédar Senghor  de Dakar ? Tout porte à le croire, partant du dernier rebondissement dans ce dossier.

En effet, le Commissariat général au pèlerinage aux lieux saints de l’Islam a fait deux propositions aux 131 pèlerins laissés en rade à Dakar. Désormais la Commission nationale leur demande de choisir entre le remboursement de leur argent et leur inscription d’office dans le quota sénégalais du pèlerinage à La Mecque en 2016.

Seulement, les principaux concernés, qui s’en remettent à leur avocat, soutiennent que le Commissariat général aurait du d’abord présenter ses excuses aux victimes de ce couac avant de sortir un communiqué dans ce sens. Mais en attendant, ils prennent acte, informe leur porte-parole, Samba Ndoye, joint hier, mardi 17 novembre, par nos confrères de la Rfm.

«Nous en prenons acte et nous allons informer les gens. Mois, je pense que ça va au-delà de venir prendre son argent ou bien d’être reconduit. Nous étions laissés en rade au hangar, je pense que le mieux c’était que le Commissaire puisse d’abord parler au collectif avant de sortir un communiqué… Il y a des pèlerins à qui on devait, au moins, présenter des excuses, mais ça n’a pas été fait.».

Et Samba Ndoye de renchérir: «maintenant, notre avocat, Me Khassimou Touré avait déjà introduit un dossier. Nous allons le rencontrer pour qu’il nous dise quelle conduite tenir. De toute façon, s’il faut aller retirer l’argent, ce sera de façon officielle, mais il n’est pas question d’aller comme ça au commissariat».

Selon lui, «le plus important, c’est que le Sénégal dépasse ces choses-là. En réalité nous avons beaucoup galérés au niveau du hangar. Maintenant, ce n’est pas le plus important. Le plus important, c’est que le dossier se décante, qu’on sache alors qu’il y a une situation et il y a eu une issue heureuse, tant mieux. Maintenant, c’est l’avocat qui doit en décider».    

Déjà, face aux lenteurs notées dans l’application des instructions du chef de l’Etat Macky Sall, demandant le règlement avec diligence de leur dossier,  les 131 pèlerins sénégalais laissés en rade à Dakar, dans le cadre du pèlerinage à La Mecque 2015, ont porté plainte contre le Commissariat général au pèlerinage.

Leur conseil, Me Khassimou Touré, avait saisi l’agent judiciaire de l’Etat (d’une plainte) pour suite à donner, le mardi 10 novembre dernier. Et, Me Khassimou Touré soulignait alors qu’un règlement à l’amiable de cette affaire n’était pas exclut.

«Avant que je ne déclenche la procédure judiciaire, conformément aux règles de l’art, je vais essayer de trouver une solution amiable et juste avec l’Etat et les voyagistes privés, et avec toute personne qui serait impliquée dans ce véritable tsunami social», avait-il indiqué.   

Ibrahima DIALLO

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*