Vers un retrait collectif des Etats africains de la CPI ?

Le 28è sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine qui s’est tenu à Addis-Abeba

Le 28è sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine qui s’est tenu à Addis-Abeba a soutenu cette option, à huis clos. L’UA recommande aux pays membres de renforcer la Cour africaine de justice et des droits de l’Homme.

« La CPI doit poursuivre son travail, car il y a beaucoup de crimes en Afrique » (Nicolas Tiangaye, ex – Premier ministre centrafricain)

Même si le principe d’un éventuel retrait collectif a été acté par les chefs d’Etat et de gouvernement, certains juristes estiment que cette décision n’a aucun fondement juridique. Elle n’a donc pas d’effet contraignant pour les Etats membres. En Afrique, la décision ne fait pas l’unanimité.

Une opinion largement répandue en Afrique considère la CPI comme une cour de justice créée par les Blancs pour ne juger que les Noirs. C’est faux. A l’heure actuelle, dix enquêtes sont en cours au sein de la CPI. Neuf concernent des pays africains, mais la dixième, la Géorgie. Et sur les neuf enquêtes en Afrique, six ont été sollicitées par les Etats africains eux-mêmes concernés, et deux par le Conseil de sécurité de l’ONU, alors que l’Afrique y était représentée.

http://www.dw.com/fr/vers-un-retrait-collectif-des-etats-africains-de-la-cpi/a-37373446

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*