Vieux Aïdara, DG Canal Plus Infos : «D’anciens partisans de Wade… m’ont fait la guerre pendant six ans

Une loi sur l’enrichissement illicite, datant de 1981, a été réactivée par le pouvoir en place au Sénégal. Des rumeurs circulaient, selon lesquelles Vieux AÏDARA, patron de la chaîne d’information panafricaine CANAL INFO NEWS serait concerné par cette loi, payant ainsi très chèrement son amitié avec Karim Wade, le fils de l’ancien président sénégalais.L’enrichissement illicite semble être, tant en France qu’en Afrique et probablement ailleurs, un bon moyen de punir les abus de pouvoir, mais aussi d’écarter certains ennemis gênants. Des rumeurs faisant mention d’une convocation de Vieux Aïdara devant la justice, nous avons voulu en savoir davantage. À chaque fois qu’un patron de presse est entendu par la justice, c’est un peu toute la profession qui est touchée. La rédaction de Diasporas-News a interrogé Vieux Aïdara. Lesenegalais.net reprend in extenso les propos du patron de CANAL INFO NEWS.

Respect de l’éthique…

Voici ma version au cas où je serais dans l’impossibilité de me défendre, car ils auraient décidé de me mettre en détention provisoire. Les règlements de comptes et la chasse aux sorcières ont débuté chez nous au Sénégal.

Les faits ?

J’ai été entendu le mardi 20 novembre de 16:30 à 22:00 car mon amitié avec Karim Wade fait l’objet d’une enquête pour enrichissement illicite, une «loi politique» datant de 1981 que le Président Abdou Diouf avait mise en place pour neutraliser ses adversaires et leurs alliés lorsque le Président Senghor lui avait laissé le pouvoir de manière non démocratique en le laissant terminer son mandat.

Abdou Diouf après avoir sécurisé son pouvoir a laissé cette loi aux oubliettes pendant près de 30 ans, le pouvoir du nouveau Président Macky Sall a décidé de la réactiver en créant en même temps une juridiction d’exception appelée «Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite», selon cette loi, un procureur peut faire convoquer et mettre en détention n’importe qui pour lui demander de justifier ses moyens de vie.

Inquiétudes ?

Selon mes sources, il a été décidé en haut lieu de me faire passer devant le procureur de la juridiction d’exception car je suis le seul ami de Karim Wade qui a un médium puissant comme la télévision, diffusé sur tout le continent africain pour faire couler ma chaîne que je me bats à faire vivre depuis plus de six ans, malgré les multiples difficultés. Ils ont profité de mon différent avec monsieur Cheikh Tidiane Ndiaye est qui mon unique associé pour vouloir me faire dire que c’est Karim Wade qui m’aurait poussé à obliger ce dernier à me céder une partie de ses actions au profit de Karim Wade. Je sais que je ne suis donc pas personnellement visé mais ils se disent que je suis un soutien potentiel de Karim Wade donc je fais partie des gens à éliminer. Ils ont réussi avec leurs alliés dans la presse locale à me faire passer pour un prête-nom de Karim Wade.

Est-ce la vérité ?

Je me débats tous les jours depuis six ans pour faire vivre ma chaîne, et les différentes crises que j’ai eues avec les syndicalistes de la chaîne sont là pour l’attester. J’ai dû faire face aux différentes attaques de mes adversaires, notamment Cheikh Tidiane Ndiaye proche du nouveau pouvoir par le biais de l’actuel Président de l’Assemblée Nationale du Sénégal. Selon des sources proches des enquêteurs, ils ont fait toutes sortes d’enquêtes sur moi et n’ont rien trouvé par les procédures normales, j’ai donc été informé ce samedi par des contacts qu’ils veulent me mettre en détention provisoire pour m’obliger à dire des choses sur Karim sous la pression.

Liens avec Karim Wade ?

Karim est un frère et ami, je n’ai aucune relation d’affaire avec lui. Par contre à l’instar de la grande majorité des patrons de presse, je dirais même la quasi-totalité des Patrons de presse, hommes politiques, religieux catholiques, musulmans, journalistes, syndicalistes, etc., j’ai bénéficié des fonds politiques de l’ancien Président Abdoulaye Wade, comme le Président Abdou Diouf le faisait. Au Sénégal, les différents proches du Président de la République ont toujours bénéficié des fonds secrets, même l’actuel Président lorsqu’il était Premier Ministre, ce qu’il a d’ailleurs publiquement reconnu en affirmant, sur l’origine d’une partie de ses biens, que c’est le Président Wade qui l’avait aidé.

Abdoulaye Wade et vous…

Le Président Abdoulaye Wade m’a aidé à monter mon business, que je tiens par la suite tout seul et difficilement, malgré les galères et insultes depuis six ans au Sénégal. La loi dit que le Président de la République est libre de donner des fonds politiques à qui il veut sans aucun contrôles ni justificatifs, ils veulent me prendre en otage pour me faire dire que les moyens de monter ma chaîne m’ont été donné par Karim Wade afin de me jeter en pâture à la vindicte populaire et tuer Canal Info News. Je refuse d’être l’agneau du sacrifice car je n’ai jamais eu de relations de business avec Karim Wade. Son père m’a certes aidé lorsqu’il était Président de la République, mais cela n’est nullement un crime selon la loi, donc je ne vois pas pourquoi le gouvernement du Sénégal ne publie pas la liste de tous les bénéficiaires de ces fonds secrets (Marabouts, Hommes Politique, Journalistes, Syndicalistes, Patrons de Média etc.).

Je n’ai jamais géré de deniers publics, je n’ai jamais bénéficié de marchés publics, donc je n’ai pas à faire de manière sélective l’objet d’une enquête et d’être jeté en pâture à l’opinion. Si c’est un souci de transparence et de bonne gouvernance qui anime le nouveau pouvoir sénégalais, il faut commencer par convoquer et entendre l’ensemble des personnes ayant bénéficié de ces fonds politiques et voter une nouvelle loi rétroactive et demander aux personnes de rembourser. Les partisans de l’ancien pouvoir de Wade, qui était mon seul soutien, m’ont fait la guerre pendant six ans en manipulant des syndicalistes de ma chaîne et des journalistes et patrons de presse pour me salir sous le prétexte que j’étais trop équilibré alors qu’ils s’attendaient à ce que ma chaîne soit de leur côté dans le traitement de l’info au Sénégal.

 

Source : Diasporas-News

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*