VIOLENTE MANIFESTATION CONTRE L'AUGMENTATION DES FRAIS D'INSCRIPTION Les étudiants de l'UCAD récidivent

Le Collectif des amicales des étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) est en désaccord total avec l’application des décisions issues des Concertations nationales sur l’avenir de l’Enseignement supérieur. Ainsi après le saccage des locaux du edu_ucad_9Rectorat, la confiscation des clefs de tous les véhicules stationnés à l’intérieur du campus social, il y a quelques semaines, les étudiants ont remis ça hier encore à la grande surprise des autorités universitaires. Ils ont tenu ainsi à empêcher la tenue de la cérémonie d’ouverture de la première édition du Forum « Ucad-entreprises » (FOUCADE) dont l’ouverture devait être présidée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Et les affrontements avec les forces de l’ordre sur le campus se sont soldés par une dizaine de blessés du côté des étudiants et une interpellation.

La cérémonie d’ouverture de la première édition du forum Ucad-Entreprises (Foucade) placée sous le signe de « la professionnalisation de l’Offre de formation de l’Ucad et l’insertion des diplômés n’a pas finalement eu lieu ». C’est le Collectif des étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) qui a tenu hier mardi à empêcher le déroulement de cette activité dont l’objectif qui vise, entre autres, à mobiliser les employeurs autour de la question de l’emploi des diplômés de l’institution.

Malgré l’importance des échanges pour distinguer le profil des étudiants adaptés aux besoins des entreprises, les étudiants ont tout simplement empêché la tenue de l’édition. Ils ont voulu ainsi corser la pression sur les autorités auxquelles ils exigent la non application de certaines décisions issues du Conseil présidentiel sur les Concertations nationales de l’avenir de l’Enseignement supérieur (Cnaes). Il s’agit de l’augmentation des frais d’inscription qu’ils trouvent exorbitants, l’application de la franchise universitaire, et la suppression de la généralisation des bourses.

C’est dire qu’à la place des échanges d’un besoin d’articulation de l’offre pédagogique aux besoins de l’économie nationale, l’Ucad a été plutôt le théâtre des affrontements entre les étudiants-frondeurs et les forces de l’ordre. Du coup, les responsables d’entreprises devant participer à la rencontre n’ont pas pu faire le déplacement. Il en est de même pour le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Mesr), Mary Teuw Niane qui devait présider la rencontre prévue pour deux jours.

« C’est irrespectueux de sa part de venir présider un Forum alors que nous demandons à discuter avec lui depuis des semaines. Mary Teuw Niane est persona no grata ici à l’université », a précisé Noé Léonardo Baguidi au bout du fil.
Au terme des affrontements, Noé a laissé entendre qu’une dizaine de leurs camarades ont été blessés et une interpellation ayant fait l’objet d’interpellation.

« Nous demandons simplement la baisse des inscriptions, le respect de la franchise universitaire et la non suppression de la généralisation des bourses. Aujourd’hui encore une fois les gendarmes ont bafoué la franchise universitaire en jetant des lacrymogènes dans l’université », explique-t-il.

Traduites en mesures par le Conseil présidentiel du 14 aout 2013, la hausse sur les inscriptions qui est à sa première année d’application continue de soulever des débats.

Si les autorités en charge de ce département expliquent cette hausse par la nécessité de faire face au besoin de nouveaux investissements en termes de produits d’intrants, de matériels pédagogiques et supports didactiques, les étudiants campent sur leur position en disant niet, parce qu’ils trouvent la mesure inadaptée à leurs conditions sociales.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*