VISITE DES INSTALLATIONS DE LA SOCOCIM Les conseillers satisfaits des mesures contre l'impact environnemental

usine_socosimDans le cadre  du contrôle  de l’impact  environnemental des entreprises, les membres du Conseil économique, social et environnemental (CESE) étaient hier les hôtes de la cimenterie de Rufisque. A l’issu de leur visite, les conseillers ont positivement apprécié le travail réalisé par la  société.

Une délégation du Conseil économique, social et environnemental conduite  par le président de la commission environnement était hier, jeudi 8 mai 2014 l’hôte de la cimenterie de Rufisque. Les conseillers en ont profité pour visiter les carrières de la cimenterie, où le directeur  général et le directeur des carrières et exploitation ont  fait un exposé sur  les procédures et mesures mises en branle par la société  pour atténuer  l’impact environnemental de l’exploitation sur les riverains de la zone  périurbaine qui héberge le site de l’entreprise. Après cette étape les conseillers se sont rendus au niveau des unités de production, où ils ont été imprégnés de tout le système de sécurités des travailleurs et de l’entreprise à partir d’écran de monitoring de tout le système  de production.  L’environnement  est un axe transversal.
Au terme  de la visite, le président  de la délégation, le colonel Mame Balla Gueye s’est dit séduit par les installations. «Durant tout le temps  que nous avons été avec la  SOCOCIM, les responsables ont mis en exergue la sécurité qui est un aspect très important. Sur le plan de l’emploi, la SOCOCIM emploie au moins 1000 travailleurs, les prestataires y compris.  S’y ajoute que la SOCOCIM apporte beaucoup d’aide aux populations des zones environnantes de Rufisque et Bargny.
La SOCOCIM  produit  3,5 millions de tonnes de ciments, et le Sénégal en consomme 2,5 millions annuellement, imaginez le Sénégal sans usine  de ciment, le  banco comme  le calcaire  en aurait  fait les frais. Or ce sont des ressources non renouvelables. C’est pourquoi le travail de la SOCOCIM est à saluer et avec la politique ”Un Sénégalais,  un toit”, nous croyons que l’objectif pourra être atteint», a-t-il  expliqué.  Au plan environnemental, Mame Balla Gueye a positivement apprécié  l’option de la cimenterie rufisquoise consistant à utiliser des produits de substitution comme la coque d’arachide à la place du charbon et l’utilisation des pneus usés sur tout le long du littoral jusqu’au Lac Rose et le reboisement de 400 hectares de jatropha.
 C’est pourquoi,  «il a exprimé  le souhait  de voir le gouvernement aider ces cimenteries». Toutefois, le colonel a invité l’entreprise à mettre l’accent sur le refroidissement par air afin d’atténuer la pression sur la nappe phréatique qui risque  de s’affaisser. Même s’il est satisfait de la visite, Birahim Seck met un bémol sur  l’euphorie de son président.
Le  représentant  du Forum Civil au conseil économique, social et environnemental, estime que la délégation «n’était  pas venu pour  prendre une décision, mais plutôt pour être sensibilisée  sur le  travail qui est en train d’être réalisé par  la cimenterie. Nous irons  également voir les autres comme les ciments du Sahel et Dangote dans un souci d’équilibrer les informations avant de pouvoir prendre une décision», a-t-il dit.
Revenant sur les menaces supposées avec l’arrivée du troisième producteur de ciment, le  conseiller estime  que  la conclusion n’est pas documentée. «Il n’y a pas encore un rapport scientifique qui le  démontre», a-t-il relevé.

Daouda GUEYE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*