VOICI COMMENT LA FRANCE A DÉFORMÉ LES ÉLITES AFRICAINES PAR UN MISSIONNAIRE LOUIS PAUL AUJOULAT

Louis-Paul Aujoulat a été envoyé en 1935 au Cameroun par le cardinal de Lille, Monseigneur Liénart, pour y implanter l’Association des laïcs universitaires chrétiens et missionnaires (Ad Lucem).

«Aujoulat était le cerveau et le coeur de la France au Cameroun. C’est son avis qui comptait en métropole», disent les archives nationales françaises. Et voici ses recommandations qu’il faisait à Pierre Messmer pour formater le profil des dirigeants Camerounais en particulier et africains en général .

“Nous ne devons en aucun cas laisser des gens sans filiation religieuse et ésotérique européenne prendre le pouvoir au Cameroun.

L’élite politique camerounaise doit impérativement être issue de nos loges, de nos cercles philosophiques, sinon elle ne saura pas nous être loyale et nous témoigner entière allégeance.

Seulement, de cette manière, nous nous rassurerons que les idées qui traversent leurs esprits ne nous sont pas hostiles.

Laissons donc que la religion chrétienne formate l’esprit des masses populaires, mais veillons à ce que l’élite gouvernante soit formatée par l’histoire des grands empires européens, par des idées du siècle des lumières, par la littérature de nos grands auteurs dont les plus méritants sont sans doute Voltaire, Molière, Rousseau, Montesquieu etc…

Faisons attention à ceux qui disent trop de bien de leurs traditions. Intéressons nous à ceux qui se refusent toute critique à l’ égard de la France.

Nous devons être capable aussi de fabriquer leurs oppositions. Pour nous, un bon opposant Camerounais devra être celui qui ne critique pas le système monétaire que nous leur avons imposé. Il ne doit en dire que du bien. Il doit nous montrer sa bonne disposition à vouloir préserver nos intérêts.

Il doit aussi se montrer particulièrement dur à l’égard de ceux qui critiquent la France. Ce n’est qu’à ce prix qu’il pourra faire l’objet d’une attention particulière de notre part… Son appartenance à une de nos loges européennes sera un atout. Pour nous un bon opposant camerounais digne d’être fréquenté par la France doit être docile…”

Ces propos de Louis Paul Aujoulat sont disponibles à la Bibliothèque Nationale de France. Il s’est implanté comme un bienfaiteur en aidant de nombreux Camerounais dans le financement de leurs études et une fois rentrés, leur servait des recommandations.

L’actuel chef d’Etat camerounais Paul Biya, étudiant ,avait bénéficié de ses finason coaching. Dès son retour au Cameroun, les réseaux d’Aujoulat l’ont introduit auprès du président Ahmadou Ahidjo . C’est ainsi qu’il est entré directement au gouvernement de retour de Paris à 29 ans pour être propulsé quelques années plus tard secrétaire général à la présidence et Premier ministre.

«Le clientélisme politique; le développement d’une culture de la corruption et du trafic d’influence; la fracture citoyenne qui caractérise la collectivité politique camerounaise; la participation dysfonctionnelle des populations à la collectivité; l’érection structurelle de systèmes prébendiers comme mode de gouvernement; les cooptations de type sectaire; le hold-up sur le pouvoir», sont présentés comme autant de legs de Louis-Paul Aujoulat au Cameroun et en Afrique francophone.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*