Washington, Londres et Paris mènent une guerre contre l’OIAC

Par leurs frappes contre la Syrie, Washington, Londres et Paris ont prouvé qu’ils qu’ils n’avaient aucun respect pour l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).

La France, les États-Unis et le Royaume-Uni ont déclaré la guerre à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), a affirmé ce samedi le représentant permanent russe auprès de l’Organisation, Alexandre Choulguine.

Par leurs frappes contre la Syrie, ces trois pays ont montré qu’ils «ne faisaient pas grand cas de l’OIAC et ont manifesté qu’ils n’avaient aucun respect pour le Secrétariat technique en la personne du directeur général de l’OIAC, Ahmet Üzümcü», a-t-il indiqué.

Et d’ajouter:

«Ces événements ont mis en lumière que la guerre contre l’OIAC — pas une guerre de propagande, mais une véritable guerre — est menée non par la Russie, mais par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni», a-t-il noté.

Un nombre toujours croissant de membres de l’OIAC constatent « le comportement indécent » de ces trois pays, a affirmé Alexandre Choulguine.

Ces pays «ne sont pas en mesure de fournir des preuves un tant soit peu sérieuses» pour démentir les déclarations des témoins de la présumée attaque chimique à Douma, qui sont venus le 26 avril à La Haye, et font tout pour «éviter d’assumer la responsabilité de leurs actions criminelles», a-t-il souligné.

Auparavant, les pays occidentaux avaient accusé Damas d’avoir lancé une attaque chimique sur la ville de Douma dans la Ghouta orientale avant de brandir la menace de frappes sur le pays. Moscou a pour sa part démenti les informations faisant état du largage d’une bombe au chlore par l’armée syrienne à Douma.

Selon le ministère russe des Affaires étrangères, les rapports sur la présumée utilisation d’armes chimiques par les forces syriennes ont pour objectif de justifier les frappes étrangères visant la Syrie. Pour sa part, l’état-major interarmées russe avait depuis le 13 mars mis en garde contre une provocation mettant en scène une attaque chimique dans la Ghouta orientale.

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont effectué des frappes de missiles contre des sites syriens utilisés selon eux pour la production d’armes chimiques.

fr.sputniknews.com

In the Spotlight

Mohammed ben Salmane blessé

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Mohammed ben Nayef, ancien prince héritier saoudien, confirme sur son compte Twitter que le fils et successeur désigné du roi saoudien, Mohammed ben Salmane, avait été blessé au cours de la fusillade qui a eu [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*