WhatsApp constitue une menace plus grande pour la démocratie que Facebook

Les plate-formes en ligne Facebook et Instagram ont été au centre de vives critiques dernièrement car elles seraient utilisées pour manipuler l’opinion public lors des élections, notamment via la diffusion de fausses informations. Cependant, on évoque beaucoup moins le rôle tenu lors de tels événements par le service de messagerie WhatsApp, racheté en février en 2014 par Facebook.

Toutefois, selon le quotidien américain New York Times, la récente électorale dans l’État indien de Karnataka a démontré l’impact potentiel de WhatsApp lors de ce type de scrutin.

Pays en voie de développement

“WhatsApp joue de plus en plus un rôle central dans les élections, en particulier dans les pays en développement”, explique le New York Times.  “Plus que toute autre application de messagerie ou de média social, WhatsApp a été utilisé ces derniers mois par les partis politiques, les activistes religieux et autres pour envoyer des messages et distribuer des informations aux 49 millions d’électeurs du Karnataka.”

“Alors que de nombreux messages étaient des missives de campagne ordinaires, certaines messages étaient destinés à enflammer les tensions sectaires et d’autres messages étaient clairement des fausses nouvelles, sans aucun moyen de retracer leur origine.” Comme le reste de l’Inde, le Karnataka est un État à majorité hindoue et un élément de base de la politique électorale est de dresser les musulmans contre les hindous ainsi que les diverses castes hindoues les unes contre les autres, explique le New York Times.

Selon Ankit Lal, stratège du parti Aam Aadmi, WhatsApp est devenu l’instrument le plus important de la campagnes numérique. “Nous luttons sur Twitter. La bataille est sur Facebook. La guerre est sur WhatsApp “, a-t-il déclaré. Le rôle que WhatsApp joue dans l’influence des électeurs a fait l’objet de beaucoup moins d’attention que celui de ses services sœurs Facebook et sa plate-forme de partage de photos Instagram. WhatsApp a largement échappé à ces critiques car il est utilisé davantage en dehors des Etats-Unis dans des pays comme l’Inde, le Brésil et l’Indonésie qui envoient un total de 60 millions de messages par jour. Contrairement à Facebook et Instagram où une grande partie de l’activité en ligne est publiquement visible, les messages de WhatsApp sont généralement cachés car il s’agit d’un outil de communication de personne à personne.

Poubelle potentielle pour la désinformation

“Pourtant, WhatsApp dispose de plusieurs fonctionnalités qui en font une poubelle potentielle pour la désinformation et l’abus”, explique le média. Les utilisateurs peuvent rester anonymes, identifiés uniquement par un numéro de téléphone. Les groupes qui sont limités à 256 membres sont faciles à configurer en ajoutant le numéro de téléphone des contacts.

Par ailleurs, les utilisateurs ont l’habitude d’appartenir à plusieurs groupes, donc ils sont souvent exposés aux même messages de manière répétée. Lorsque les messages sont transférés, il n’y aucun moyen de retracer leur origine. Par ailleurs, l’ensemble est chiffré, ce qui empêche les responsables de l’application de la loi et même WhatsApp de savoir ce qui se dit sans regarder l’écran du smartphone.

Govindraj Ethiraj, fondateur des plate-formes Boom et IndiaSpend, deux sites qui vérifient les faits politiques et gouvernementaux indiens, a qualifié le rôle de WhatsApp d’insidieux lors de la diffusion de fausses informations.

Le poids du barrage de WhatsApp lors des élections finales à Karnataka ne peut pas être tracé, Même si WhatsApp a largement remplacé les messages textes et le courrier électronique, la couverture télévisée et journalistique, le démarchage porte-à-porte et l’achat direct de votes demeurent monnaie courante.

Aspects positifs

Selon Neelanjan Sircar, chercheur au Center for Policy Research de New Delhi, l’inondation de messages WhatsApp n’a probablement pas changé l’opinion politique des électeurs mais a alimenté les émotions et a augmenté le taux de participation dans des régions à fortes divisions de castes ou de groupements religieux.

Lors des élections parlementaires indiennes nationales il y a quatre ans, Facebook était de loin l’outil de campagne numérique le plus important. Depuis lors, cependant, l’utilisation des smartphones en Inde a connu une croissance exponentielle. Par conséquent, WhatsApp est devenu la plate-forme de communication préférée pour de nombreux citoyens.

D’un autre côté, le média offre également une vitrine à des candidats politiques moins exposés dans les médias traditionnels, leur donnant la possibilité d’atteindre un public.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*