Yémen: des dizaines de soldats soudanais tués dans une embuscade

Au Yémen, des dizaines de soldats soudanais, engagés au sein de la coalition militaire contre les groupes chiites houthis, ont perdu la vie dans une embuscade tendue par des insurgés, dans le nord du pays. Depuis un an, des centaines de soldats soudanais sont déployés dans la province de Hajjah.

L’une des raisons qui a poussé Khartoum à engager des troupes est politique. Le Soudan voulait ainsi normaliser ses relations avec l’Occident et en particulier avec les Etats-Unis, comme l’expliquent les chercheurs Roland Marchal et Marc Lavergne, joints par RFI.

Des centaines de soldats soudanais sont déployés au Yémen dans le cadre de la coalition commandée par l’Arabie saoudite, intervenue en mars 2015 pour venir en aide au pouvoir du président Abd Rabbo Mansour Hadi face aux groupes chiites houthis qui occupent de vastes pans du territoire dont la capitale, Sanaa.

Joint par RFI, Marc Lavergne, chercheur et spécialiste de la Corne de l’Afrique, explique que cet engagement du Soudan est un choix stratégique.

« Il s’agissait, pour le Soudan, de faire acte de solidarité avec l’Arabie dans cette opération contre le Yémen, de manière à se rapprocher de l’Occident d’une manière générale et des Etats-Unis en particulier. Cet engament était militaire. Le Soudan semble avoir envoyé des forces au sol. Ces forces-là sont, soit de l’armée régulière, soit des mercenaires, soit un mélange des deux », précise-t-il.

Concernant l’incident qui a coûté la vie à quelques dizaines de soldats soudanais, dans la région de Hajjah, Marc Lavergne constate qu’il s’agit d’une région assez propice au déploiement de troupes soudanaises mais que cela n’a pas empêché que les soldats soudanais se soient fait massacrer.

« Il semble qu’il y ait eu des erreurs de déploiement. Il y a là quelque chose qui est assez préoccupant pour la coalition qui a la maîtrise aérienne mais qui ne maîtrise pas ce terrain qui est tout à fait hostile et particulier », a-t-il conclu.

Levée des sanctions américaines

Après 20 ans d’embargo, les Etats-Unis ont annoncé, en octobre 2017, une levée partielle des sanctions contre le Soudan. Cette question des sanctions américaines serait aussi à l’origine de cet engagement du Soudan au Yémen.

« Je crois que c’est une raison qui s’inscrit aussi dans la recherche, par les autorités soudanaises, d’une normalisation avec les Etats-Unis et notamment, de la levée de toute une partie des sanctions que le gouvernement américain a imposées au Soudan depuis pratiquement le début du régime, en 1992, et qui évidemment ont un impact économique important.

Du coup, on pensait que l’Arabie saoudite a sans doute convaincu les dirigeants soudanais, une fois qu’on était dans la grande coalition, non seulement d’y rester mais d’investir un peu plus pour montrer sa bonne volonté et obtenir une espèce d’amicale pression de de Riyad sur Washington concernant la question des sanctions » explique le chercheur Roland Marchal, joint par RFI.

Auteur: RFI.fr

In the Spotlight

La ruée vers l’énergie nucléaire en Afrique

by Babacar Diop in ACTUALITE 0

Dix États africains ont clairement indiqué leur intention de construire des centrales nucléaires. Ils prennent la suite de l’Afrique du Sud, seul pays du continent à disposer d’une usine dotée de deux réacteurs. Jeudi, 20 [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*