Yeumbeul: Il tue son locataire en le jetant du 1er étage

20 ans de travaux forcés, c’est la peine qu’encourt l’accusé Cheikh Diop. Il a comparu, hier, à la barre de la chambre criminelle pour assassinat et menace de mort. Il ressort des débats d’audience qu’il avait jeté son locataire du 1er étage lors d’une bagarre avant que celui-ci ne succombe de ses blessures. Si en rendant sa décision le 5 février prochain, le président de la chambre criminelle suit le parquetier dans son réquisitoire, l’accusé Cheikh Diop risque de passer 20 longues années derrière les barreaux. Il a été attrait, hier, devant cette juridiction pour les faits d’assassinat et de menaces de mort. Il ressort des débats d’audience que les faits se sont produits le 20 mai 2014 à Yeumbeul, au quartier Darou Salam. Ce jour-là, un différend avait opposé le mis en cause et son locataire Djiby Guissé. Lors de cette bagarre, Cheikh Diop aurait frappé la victime avec une barre de fer à la nuque alors que celle-ci prenait tranquillement son petit déjeuner. Pis, il l’aurait jeté du premier étage. Acheminé par la suite à l’hôpital, Djiby Guissé a succombé à ses blessures deux jours plus tard. Interpellé par les enquêteurs et conduit, hier, devant la barre de la chambre criminelle de Dakar, l’accusé a nié les faits qui lui sont reprochés. Agé de 56 ans et éleveur de son état, il a déclaré avoir simplement demandé à son locataire de diminuer le volume de son téléviseur. Mais ce dernier lui a notifié que sa télécommande était tombée en panne. Ainsi, a-t-il coupé l’électricité de sa chambre avant qu’une bagarre n’éclate entre eux. Sur une question de savoir si c’est lui qui a jeté la victime par-dessus le balcon du premier étage, il a rétorqué qu’ils en sont tombés tous les deux. Toutefois, l’accusé a été démenti par le frère de la victime, Samba Guissé, selon qui son frère lui a confié, avant de rendre l’âme, que Cheikh Diop l’avait battu avec un objet contondant alors qu’il était sur le point de prendre son petit déjeuner dans sa chambre. Assommé par le coup, Cheikh l’a conduit au balcon avant de le jeter par dessus. Mais, raconte toujours le frère, il n’y a jamais eu d’accrochage entre les deux. Sur la menace de mort, Samba Guissé a révélé que l’accusé menaçait de mort les gens. Entendu à titre de témoin, Fama Savané, a soutenu que le jour des faits, elle a entendu une dispute entre Cheikh Diop et Djiby Guissé. La partie civile réclame 100 millions Malgré cela, elle est sortie pour se rendre à l’école. En cours de route, elle a constaté compte qu’elle n’avait mis son cahier dans son sac et a rebroussé chemin. C’est comme ça qu’elle a surpris Cheikh Diop en train de soulever les jambes de Djiby pour le jeter du premier étage. Par la suite, l’accusé a menacé de la tuer si jamais elle racontait aux gens ce qu’elle venait de voir. A en croire toujours le témoin, le mis en cause a promis de lui ôter la vie une fois sortie de prison. Prenant la robe pour défendre la victime, Me Sène a réclamé 100 millions de nos francs pour toutes causes et préjudices subis. Pour sa part, le maître des poursuites a requis 20 ans de travaux forcés. Selon lui, les faits ne souffrent l’ombre d’aucun doute car les enquêteurs ont clairement retrouvé des traces de sang dans la chambre de la victime et au balcon. « Djiby Guissé était en position de faiblesse car il est handicapé de sa main droite. Pis, l’accusé l’a poussé vers le balcon devant le témoin qui a comparu devant la barre. En sus, le transport des enquêteurs sur les lieux a permis de savoir que dans la chambre, il y avait du lait, un gaz allumé, du café Touba et du pain. Ce qui prouve bel et bien que la victime préparait à manger », a dit le parquetier, selon qui en le jetant du balcon, l’accusé avait un seul objectif, c’est d’ôter la vie à Djiby. Il faut dire que l’avocat de la défense n’a pas été du même avis que le parquetier. Selon la robe noire, la victime est décédée après sa chute, donc la thèse disant que le défunt a reçu un coup un objet contondant ne tient pas. Sur ce, l’avocat a demandé la requalification des faits en homicide involontaire et de lui faire une application bienveillante de la loi car, dit-il, c’est au cours d’une bagarre que l’irréparable s’est produit. L’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 5 février prochain. Cheikh Moussa SARR

In the Spotlight

Les USA volent le pétrole syrien (Vidéo)

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Les Etats-Unis seraient en train de dérober le pétrole syrien depuis la province de Deir Ezzor. C’est ce qu’a révélé l’agence syrienne Arabi Today, à la foi d’un membre des Forces démocratique syriennes (FDS), cette [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*