Zimbabwe: Mugabe hausse le ton

mugabeLe président zimbabwéen a menacé mercredi de représailles les militants anti-gouvernementaux, les anciens combattants et des ambassades étrangères.

Robert Mugabe a lancé une mise en garde très ferme à “tous ces Mawarire”, faisant allusion au pasteur Evan Mawarire, initiateur de la fronde citoyenne déclenchée le 6 juillet au Zimbabwe.

Devant ses partisans à Harare, la capitale, le chef de l’Etat a prévenu que son parti, le Zanu-PF “ne tolèrera pas ces bêtises bâties sur la religion”.

“Nous savons comment gérer nos ennemis qui ont tenté de mener à un changement de régime dans le pays”, a ajouté le dirigeant âgé de 92 ans.

Les anciens combattants, considérés comme des alliés traditionnels du président, ont dénoncé la semaine dernière l’attitude “dictatoriale” de M. Mugabe et ont prévenu qu’ils ne soutiendront pas “un tel leader” lors de la présidentielle de 2018.

Le chef de l’Etat a annoncé, mercredi, que son parti enquête pour identifier les personnes à l’origine de ce communiqué.

“Quand nous aurons découvert qui ils sont, le parti prendra des mesures disciplinaires à leur encontre. La punition sera sévère”, a menacé le président Mugabe.

Le chef de l’Etat zimbabwéen a demandé aux ambassades étrangères qui “interfèrent” dans la politique de son gouvernement à “cesser de saboter” son pays.

Robert Mugabe dirige le Zimbabwe depuis l’indépendance du pays en 1980.

Son régime est confronté à des contestations sociales depuis plusieurs semaines.

BBC

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*