France : Inquiétante hausse de la pauvreté en Ile-de-France

TOUBA PAUVRES ILE DE FRANCELa pauvreté en Ile-de-France a augmenté beaucoup plus vite qu’ailleurs en France. (Crédits : reuters.com)

Le Secours Catholique vient de publier une étude faisant état d’une aggravation de la pauvreté en Ile-de-France plus forte que dans le reste du pays. La Seine-Saint-Denis est particulièrement touchée.

Le Secours Catholique tire la sonnette d’alarme. L’association vient de publier une étude dans laquelle elle dénonce une forte aggravation de la pauvreté en Ile-de-France. “L’Ile-de-France est la région la plus riche et la plus inégalitaire de France”, déplore le Secours Catholique.

Disparités territoriales

15% de ses 12 millions d’habitants, soit 1,2 million de personnes, gagnerait moins de 990 euros par mois. Cette proportion atteint 26,9% en Seine-Saint-Denis, tandis qu’elle n’est que de 11,8% dans les Hauts-de-Seine, et de 8,9% dans les Yvelines.

Pis ! Les franciliens pauvres sont plus pauvres que la moyenne nationale. La moitié d’entre eux ont un revenu inférieur de 24% au seuil de pauvreté, contre 21% pour le reste de la France métropolitaine.

Le rythme d’aggravation de la pauvreté inquiète également le Secours Catholique. D’après son étude, la proportion de ménages pauvres en Ile-de-France a augmenté deux fois plus vite que la moyenne nationale. Elle a augmenté de 5 points entre 2004 et 2012, tandis qu’en France métropolitaine, cette proportion n’a augmenté que de 2,6 points.

Le 9-3, département le plus pauvre de France

La Seine-Saint-Denis est le territoire le plus touché par la pauvreté. Vingt-deux de ses 36 communes de plus de 11.000 habitants sont classées parmi les 50 communes les plus pauvres de la région. Le Secours Catholique recommande d’accentuer “les efforts de solidarité”. Ceux-ci “doivent être plus importants sur ce territoire et se traduire notamment par une amplification du système de péréquation des aides publiques”.

Priorité logement

D’une manière générale, l’organisation associative réclame une politique du logement plus volontariste, notamment pour l’accès au logement des plus pauvres. Si elle approuve le Schéma régional de l’habitat et de l’hébergement, elle demande toutefois que celui-ci intègre davantage de logements accessibles aux personnes les plus pauvres, si possible installées dans les communes “les plus favorisées au plan économique”. Il s’agit d’éviter la création de nouveaux “îlots de pauvreté”. Le Secours Catholique préconise également d’étendre à d’autres villes “l’expérimentation de l’encadrement des loyers”. La création d’un observatoire qui mesurerait chaque année “l’évolution de l’équilibre territorial de l’Ile-de-France”, fait également parti des recommandations.

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*