17 MILLIARDS DE LA BID POUR LA GESTION DES DECHETS SOLIDES Une «réponse efficace et durable à la problématique», selon Arame Ndoye

Le ministre de l’Aménagement du territoire et des Collectivités locales, Arame Ndoye, a officiellement installé le comité de pilotage du Programme national de gestion des déchets (PNGD) hier, mardi 23 juillet 2013 à Dakar. Ce «programme fédérateur» qui est considéré comme une «réponse efficace et durable à la problématique de la gestion des déchets» va essayer de coordonner toutes les interventions relatives à la gestion de déchets avec les collectivités locales qui vont ainsi disposer d’infrastructures de gestion de déchets. min arame ndiaye

Selon Arame Ndoye, la Banque islamique de développement (BID) a accepté d’accompagner son ministère dans ce processus avec un financement à hauteur de 17 milliards de F Cfa pour couvrir les régions de Dakar, Kaolack et Thiès et le département de Diourbel. A en croire Mme le ministre, le PNGD va permettre à l’Etat du Sénégal, après avoir rendu aux collectivités locales cette compétence naturelle qui leur revient, de les accompagner par un appui technique et financier pour réussir la gestion des déchets.C’est pourquoi, en plus de la BID, Arame Ndoye a lancé un appel à d’autres partenaires pour un maillage du territoire. «Un premier partenaire la BID a accepté de nous accompagner sur une partie du territoire, nous lançons un appel aussi à tous les autres partenaires techniques et financiers qui seraient intéressés éventuellement à la prise en charge d’autre régions du pays».

Toutefois, elle a précisé que l’Etat a prévu aussi, dans le cadre d’un «programme prioritaire» de couvrir pendant deux ans la totalité du territoire national. «vu l’importance de tout ce qui doit être mis en œuvre pour arriver à l’atteinte des résultats au sein du PNGD, nous avons prévu de dérouler un programme prioritaire (2013-2015) qui va prendre en charge la totalité du territoire national», a dit Arame Ndoye. Et de souligner que l’aspect communication, qui est le «plus important», va être également pris en charge par ce programme pour une sensibilisation des populations en vue d’une appropriation de la question des déchets.

D’ailleurs, pour ce qui est des stratégies de mise en œuvre du programme, il est prévu la mise en place d’une «phase d’incubation» pour qu’au bout de sept (7) ans, les collectivités locales puissent avoir les capacités pour gérer les déchets d’elles-mêmes. Lors de la présentation du PNGD, des intervenants ont invité à relever le les défis de l’opérationnalisation et la sensibilisation des populations. Cela suppose une bonne politique (de sensibilisation) pour anticiper sur les problèmes car il est essentiel que les populations s’approprient le programme, les infrastructures. Pour cela, le projet ne doit pas être celui de l’administration uniquement, mais des populations aussi. C’est pourquoi il faut «promouvoir la conscience citoyenne et créer un partenariat avec le ministère de l’Education pour que la sensibilisation se fasse des écoliers à leurs parents».

L’objectif du programme est d’accompagner les collectivités locales, d’améliorer le cadre de vie, et créer de l’emploi. Il s’inscrit dans le cadre de l’Acte III de la décentralisation qui vise à organiser le Sénégal en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable. Il s’agit de doter le Sénégal d’une vision commune, d’un cadre global. C’est un programme fédérateur qui va essayer de coordonner toutes les interventions relatives à la gestion des déchets.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*